Le Capitaine Traoré à propos de la mort du Capitaine Sankara : «Nous ne laisserons pas les mêmes erreurs se reproduire »

Le Capitaine Ibrahim Traoré n’a-t-il pas peur de finir comme le Capitaine Thomas Sankara ? Telle est la question que le journaliste Alain Foka a posée au Président burkinabè.

C’est sourire aux lèvres que le Capitaine Ibrahim Traoré répond à cette interrogation, qui sans doute, trotte sur nombre de pensées au Burkina Faso. Et il le dit d’ailleurs.  « C’est la question que tout le monde se pose. C’est la phobie du peuple burkinabè. Lorsqu’ils pensent à ça, ils ont toujours peur pour moi ».

Pour le concerné, la peur n’est pas à l’ordre du jour car elle n’est pas étrangère à son récent passé de militaire qui a fait ses armes sur le front du terrorisme. « Pour ma part, je n’ai pas peur. La peur, nous ne la connaissons pas. Nous avons fait face à la mort plusieurs fois. On l’a côtoyée. Dieu a fait que nous soyons vivant. On rend grâce à Dieu (…) », dit-il.

« Nous ne laisserons pas les mêmes erreurs se reproduire »

Mais qu’en est-il du présent et du futur ? Le journaliste Alain Foka relève que le jeune Capitaine semble suivre les traces du Capitaine Thomas Sankara. Celui-ci a connu une fin plutôt tragique dans un triste mois d’octobre 1987. Le président burkinabè estime que son prédécesseur a certainement commis des erreurs qu’il ne veut plus rééditer.  « On a analysé le passé. Sur certains volets, peut-être que le président Thomas Sankara a fait des erreurs. Lorsqu’il a dit ‘laissez les amis trahir l’amitié, ce n’est pas à nous de trahir l’amitié’. Je pense que cette phrase l’a emporté. Nous n’allons plus commettre les mêmes erreurs », analyse-t-il.

Le Capitaine Ibrahim Traoré laisse entendre qu’il ne sera plus dans une posture attentiste. « L’impérialisme, comme il (Thomas Sankara) l’a dit, est un très mauvais élève. Lorsqu’il est chassé, il revient avec les mêmes méthodes. Nous suivons. Nous ne laisserons pas les mêmes erreurs se reproduire », déclare-t-il.

A noter pour rappel que le gouvernement burkinabè, sous le Capitaine Ibrahim Traoré, a érigé le Capitaine Thomas Sankara en héros national et a rebaptisé le Boulevard Charles de Gaulle, en son nom.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page