CSC : Le tribunal administratif déboute Bougaïré, Bamogo appelle à l’union

Le tribunal administratif a donné son verdict dans le litige qui oppose Danielle Bougaïré  au Conseil supérieur de la communication (CSC). La juridiction a estimé que sa plainte aux fins d’annulation de l’élection du Président du CSC n’est pas fondée, selon les Editions Sidwaya.

Danielle Bougaïré a demandé ce 24 juin 2022 au tribunal administratif d’annuler le procès verbal de l’élection des membres du bureau du CSC en date du 31 mai 2022. La plaignante, candidate malheureuse à ladite élection, a estimé que la démission du vice-président du CSC, Abdoulazize Bamogo, la veille de l’élection pour ensuite se représenter le lendemain, ne s’est pas passée dans les règles de l’art. 

Le tribunal, après avoir écouté l’argumentaire de la plaignante, a estimé que la requête n’est pas fondée, et l’a par conséquent déboutée et condamnée aux frais non compris dans les dépens. 

Les regards sont désormais tournés vers le Président du Faso Sandaogo Damiba qui devrait signer l’acte entérinant l’élection du nouveau président de l’instance de régulation de la communication au Burkina Faso.

Abdoulazize Bamogo, pour sa part, dans une publication sur son profil Facebook, a appelé à l’union.

« Le juge a fait droit en tranchant qu’il n’existe aucun doute sérieux qui entache l’élection du président du CSC. Mettons-nous au travail. Notre pays a déjà beaucoup de problèmes.

Ce pays a besoin que ses fils et filles se donnent la main pour affronter ENSEMBLE ce dramatique défis sécuritaire qui s’aggrave avec des effets néfastes sur la cohésion sociale.

Il y a de grands enjeux communicationnels qui commandent qu’on rende plus fort le régulateur des médias. Ce n’est pas dans l’intérêt du pays que le CSC soit affaibli ou bloqué.

Entendons la détresse de notre pays, mettons-nous au travail »

Abdoulazize Bamogo, le 24 juin 2022

Pour rappel, après la démission de Mathias Tankoano en septembre 2021, le fauteuil du patron du CSC était resté vacant jusqu’à la nomination de nouveaux conseillers après le putsch de janvier 2022, dont Danielle Bougaïré. La veille de l’élection du bureau, le vice-président Abdoulazize Bamogo avait donné sa démission le 30 mai 2022, pour ensuite se présenter le lendemain 31 mai 2022 comme candidat à la présidence du CSC.  Face à l’ancienne Directrice générale de la RTB, l’ancien président de Publicitaires associés a remporté la majorité des voix sous constat d’huissier.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page