Lionel Bilgo : « Le prix du pain va rester à un coût de 150 FCFA au Burkina Faso »

A la sortie d’une rencontre entre des membres du gouvernement et les acteurs des boulangeries, ce jeudi 26 mai 2022, le porte-parole du gouvernement, Lionel Bilgo, a annoncé le maintien du prix du pain à 150 FCFA et la réouverture des boulangeries qui ont été fermées par le ministère en charge du Commerce, pour avoir vendu le pain à 200 FCFA.

« Nous avons pris des décisions. Première des décisions, c’est de ne pas augmenter le prix du pain. Le pain va rester à un coût de 150 francs CFA au Burkina Faso », a déclaré Lionel Bilgo.

 « La deuxième décision, c’est de trouver des solutions adéquates pour supporter la faitière des boulangeries du Burkina Faso. (…) Parmi les décisions, il y a la décision de rouvrir les boulangeries qui ont été fermées », a poursuivi le porte-parole du gouvernement.

Pour sa part, Oumarou Yugo le porte-parole des acteurs des boulangeries a laissé entendre que le gouvernement a été attentif à leurs préoccupations. Il a ajouté qu’ils ont saisi l’occasion aussi pour égrainer quelques doléances.

 « Nous avons demandé au gouvernement d’accepter d’abord nos excuses d’abord par rapport à cette sortie un peu unilatérale mais indépendante de notre volonté. Deuxièmement la libération des boulangeries qui ont été scellées. Et nous, nous nous engageons à lever les fermetures des boulangeries », a-t-il déclaré.

Les boulangers présentent des excuses aux consommateurs

Il a indiqué par ailleurs que la faitière a adhéré aux décisions prises par le gouvernement. Il s’agit selon lui, « Premièrement de maintenir le prix du pain à 150 francs ».

« En contrepartie, le gouvernement, jeudi, va nous égrainer les pistes de solutions complémentaires, à savoir une ligne budgétaire qui va permettre le financement de nos différents secteurs pas seulement nous, mais, tous ce qui concerne les produits de première nécessité, une réflexion sur le plan fiscal et bien-sûr une réflexion sur le poids. Nous serons attentifs à ces décisions et propositions, jeudi prochain », a poursuivi Oumarou Yugo.

Tout en présentant ses excuses aux consommateurs pour avoir augmenté de manière unilatérale le prix du pain, la faitière s’est engagée à travailler en direct avec le gouvernement que de passer par les réseaux sociaux « qui ne règle pas forcément tous les problèmes », a fait savoir Oumarou Yugo.

Joël THIOMBIANO (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page