Gilbert Diendéré : «Le 4 août 83, j’étais l’un des acteurs et personne ne peut le contredire»

Durant sa dernière prise de parole devant le tribunal le 25 mars 2022, Gilbert Diendéré est largement revenu sur les faits à lui reprochés dans le dossier Thomas Sankara. Selon lui, la partie accusatrice a plus usé « d’éléments subjectifs » dans son argumentaire.

Selon l’accusé, les éléments à sa charge ont été tirés, entre autres, de sa vie privée. « On a parlé de mon soi-disant wack (…) On a parlé de mon regard, de mon village. Qu’est-ce que mon village a à voir ici ? », s’est interrogé Gilbert Diendéré.

D’autres éléments ont été tirés, explique l’accusé, de sa vie professionnelle. « L’accusation a insisté sur ma fidélité envers Blaise Compaoré et la longévité de son pouvoir. En 1987, j’étais lieutenant, sous les ordres d’un chef. A ce titre, je lui dois loyauté et fidélité (…)  Dans ma formation militaire, j’ai appris à être loyal et fidèle à mes chefs, que ce soit Blaise Compaoré ou les autres chefs. Si cela est un crime, qu’on me condamne », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, Gilbert Diendéré est revenu sur l’expression « avoir mal à la responsabilité » quant à son implication dans les évènements d’octobre 87 au Burkina Faso. A ce propos, Gilbert Diendéré est ferme. « Je ne peux pas être responsable d’un acte que je n’ai pas posé (…). Je n’ai pas donné d’ordre, donc je ne peux pas endosser une responsabilité de ce genre », a-t-il martelé.

L’accusé estime ainsi que la partie accusatrice « veut juger le Général Gilbert Diendéré au lieu du lieutenant Gilbert Diendéré de l’époque ».

Au cours de sa prise de parole, Gilbert Diendéré a fait cas de « l’hypocrisie » de certaines personnes qui se réclament « proches » de Thomas Sankara, témoins au procès, alors qu’ils ont occupé des fonctions dès les premières heures du Front populaire de Blaise Compaoré. D’autres personnes ont bénéficié, selon l’accusé, des largesses de Blaise Compaoré.

A titre d’exemple, Gilbert Diendéré a cité le défunt président ghanéen, John Jerry Rawlings, chez qui il est allé, par « deux fois », remettre une aide financière de la part de Blaise Compaoré. « Quand il venait à Ouaga, c’est moi qui organisais son séjour et il repartait non pas avec une enveloppe, mais une valise », parce que, explique l’accusé, ce qui s’y trouvait ne pouvait pas tenir dans une enveloppe.

Répondant à la partie accusatrice qui avait fait cas du manque de compassion de Gilbert Diendéré, celui-ci a rétorqué avec des exemples. Il explique avoir été l’élément central qui a facilité le retour de Boukary Kaboré dit Le Lion qui s’était exilé au Ghana après le 15 octobre 1987. Aussi, explique-t-il, « pour la construction de toutes les tombes (des suppliciés du 15 octobre 1987, ndlr), j’ai contribué parce que j’étais l’intermédiaire entre le Génie militaire et Blaise Compaoré ».

Outre ces faits, Gilbert Diendéré a également fait mention des évènements d’août 83 avec la prise du pouvoir du Conseil national de la révolution (CNR).

« Le 2 août, on a fomenté notre coup à trois, Thomas Sankara, Blaise Compaoré et moi. Lors de la réunion, Thomas Sankara a proposé de remettre le pouvoir au commandant Jean Baptiste Lingani. Mais Blaise Compaoré a dit non. Il a dit que c’est Thomas Sankara qui sera le chef (…). Quand on faisait mouvement vers Ouagadougou, Thomas Sankara a envoyé un émissaire nous dire de retourner à Pô car un accord a été trouvé avec Jean Baptiste Ouédraogo. Nous avons refusé et on est monté sur Ouagadougou. C’est moi qui ai pris la Radio pour que Thomas Sankara fasse sa déclaration (…)..Le 4 août 83, j’étais l’un des acteurs et personne ne peut le contredire ici », a témoigné Gilbert Diendéré.

A la suite du passage de Gilbert Diendéré, le juge Urbain Méda a procédé à la lecture des questions auxquelles le tribunal allait répondre pour faire sa religion sur l’affaire avant d’indiquer que le dossier a été mis en délibéré pour le 6 avril 2022 à 10h.

Pour lire le récapitulatif du procès, cliquez ici

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page