Marche du 22 janvier à Ouagadougou : La mairie interdit la manif, les organisateurs veulent saisir la justice

La mairie de Ouagadougou, dans une correspondance datant du 20 janvier 2022, a notifié au Mouvement Sauvons le Burkina Faso, que sa marche projetée du 22 janvier 2022 est interdite.

La marche projetée par le Mouvement Sauvons le Burkina Faso le 22 janvier 2022 est interdite. La mairie de Ouagadougou a donné cette réponse à la lettre d’information du mouvement en date du 10 janvier 2022, en invoquant trois raisons. D’abord, la municipalité a fait remarquer que le mouvement n’a pas de récépissé « d’existence légale ».

Ensuite, elle précise que les lois et règlements en vigueur en la matière commandent une « déclaration préalable soumise à l’appréciation de l’autorité administrative compétente » et non pas une lettre d’information. 

Enfin, l’argument sécuritaire a été évoqué. « (…) Pour des raisons sécuritaires que je me garde de détailler, je me crois dans le devoir d’interdire, par la présente, votre manifestation », a écrit Christian Charles Rouamba, le secrétaire général de la mairie de Ouagadougou.

Lire aussi : Burkina Faso : Le mouvement « Sauvons le Burkina » projette une nouvelle marche à Ouagadougou

Joint par Faso7, Valentin Yambkoudougou, le porte-parole du mouvement, a confirmé avoir reçu la correspondance. Mais il affirme que le mouvement compte user des voies de recours judiciaires. « Nous allons saisir la justice en référé », a-t-il déclaré, précisant que les dispositions sont en train d’être prises pour que la Justice tranche sur cet avis défavorable de la mairie de Ouagadougou.

Pour rappel, le Mouvement Sauvons le Burkina Faso a lancé un appel à marcher le 22 janvier 2022 pour protester contre la gouvernance sécuritaire et soutenir les Forces de défense et de sécurité au « Pays des Hommes intègres ». Le même mouvement réclame par ailleurs la démission du Chef de l’Etat Roch Kaboré pour sa gestion de la crise sécuritaire.  

A noter également que le même mouvement a participé à l’organisation de la marche du 27 novembre 2021, qui avait été aussi interdite, puis réprimée par les forces de l’ordre. Plusieurs organisateurs de cette manifestation, qui a créé des dégâts matériels, ont été arrêtés et condamnés.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page