Leadership des femmes de médias : L’AFJ2C/BF s’engage

L’association des Femmes Journalistes et communicatrices pour la Citoyenneté (AFJ2C/BF) a dévoilé ses projets pour l’amélioration du leadership des femmes dans les médias au Burkina Faso,  ce samedi 08 janvier 2022 à Ouagadougou.

C’est au Centre national de presse Norbert Zongo que l’AFJ2C/BF a révélé ses projets à l’opinion nationale ce 8 janvier 2022 lors d’une conférence de presse. Officiellement reconnue depuis le 18 février 2021, elle a pour mission de défendre les droits humains, civiques et économiques des Burkinabè, et de ses membres en particulier.

Le constat est établi que les femmes journalistes et communicatrices ne bénéficient pas des mêmes opportunités que leurs confrères au Burkina Faso, notamment au niveau des postes de responsabilités.  « La création de cette association est partie du constat d’un certain nombre de discriminations et violations dont sont victimes les femmes Journalistes (notamment l’insuffisance du nombre de femmes responsables dans les organes et de visage féminin dans l’animation des grandes émissions, NDLR).  L’AFJ2C a pour objectif principal la promotion et la protection des droits humains en général et des droits des femmes journalistes et communicatrices, en particulier », a détaillé Fatou Gnanou, présidente de l’association.

L’association a des objectifs spécifiques dans son carquois. Il s’agit, entre autres, de participer au renforcement de la démocratie et de l’Etat de droit, de  promouvoir le leadership féminin au sein des organes de presse et de contribuer à la visibilité des activités de la société civile et de l’action citoyenne.

Pour rejoindre la dizaine de membres déjà à bord de la barque de l’association,  il faut être une femme exerçant dans le domaine de la communication ou du journalisme.

Des perspectives

Dans le but d’atteindre ses objectifs, l’AFJ2C/BF a décidé de proposer des mesures pour la sensibilisation et la promotion des femmes professionnelles de l’information et de la communication, d’organiser des conférences, des débats et de réaliser des publications  orientées vers l’accomplissement de la mission de l’association.

Tout en souhaitant bonne année 2022, Fatou Gnanou a salué l’engagement de ses consœurs et les a invitées à se tenir prêtes pour les futurs acquis à engranger. « L’association des femmes journalistes et communicatrices vous encourage à rester plus que jamais déterminées pour la défense des droits humains, civiques et économiques au Burkina Faso », a-t-elle- déclaré.

La prochaine étape après cette conférence est d’entamer des rencontres avec les patrons des différents médias  dans le cadre de la promotion des droits des femmes journalistes et communicatrices.

Pour information, selon une étude menée en 2016 par le Centre National de Presse Norbert Zongo (CNP-NZ), sur 1030 femmes journalistes de 140 médias au Burkina Faso, seulement 54 occupent des postes de responsabilités, soit 5,24%.

Christiane YOUNGA (Stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page