Gestion des conflits dans la Région de l’Est : Interpeace, le PNUD et la FAO outillent les acteurs locaux sur un projet

En marge de la mise en œuvre du projet « Prévention et gestion des conflits dans la Région de l’Est » financé par le PBF (Ndrl : Fonds des Nations unies pour la consolidation de la Paix) et exécuté en consortium par l’ONG Interpeace, le PNUD et la FAO, un atelier sur l’analyse systémique et la présentation de la stratégie de consultation locale a été organisé ce 28 septembre 2021 à Fada N’Gourma, capitale de la Région de l’Est. Plusieurs acteurs locaux ont pris part à cet atelier.

Mis en œuvre dans 06 communes issues de deux provinces de la Régions de l’Est, à savoir le Gourma et la Gnagna, le projet exécuté par Interpeace en consortium avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), vise à apporter une solution aux conflits. « Cette initiative est une contribution à la réponse globale sur la gestion des conflits dans la Région de l’Est », a déclaré Cheick Fayçal Traoré, Représentant pays de l’ONG Interpeace.

A l’entendre, même si le projet vise à apporter une réponse aux conflits de façon globale, l’accent sera plutôt mis sur ceux liés au foncier. « La Région est frappée par un certain nombre de conflits. On a dénombré autour de 900, il y a de cela quelques années et sur ces 900 conflits, autour de 600  étaient liés au foncier », a déclaré le premier responsable de Interpeace au Burkina Faso.

Pour Cheick Fayçal Traoré, au-delà des questions liées au terrorisme, il était nécessaire de travailler sur ces conflits pour connaître leurs origines dans le but de leur trouver des solutions afin de promouvoir la cohésion sociale tant souhaitée, d’où la nécessité du projet porté par Interpeace et ses partenaires. « Cette initiative devrait permettre ensemble sur la même table, l’ensemble des acteurs, communautés régionales, autorités paramilitaires, populations locales (…) qui ensemble identifieront les facteurs principaux de ces conflits-là, les réponses innovantes, afin de nous assurer que désormais, on réduise le nombre des conflits mais mieux que cela, que si les conflits arrivaient, qu’ils soient résolus de manière pacifique », a-t-il expliqué.

L’accompagnement acquis des autorités locales

Les autorités régionales de la Région de l’Est, très satisfaites de la démarche de l’ONG Interpeace et de ses partenaires dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Prévention et gestion des conflits dans la Région de l’Est », ont tenu à le faire savoir. C’est le cas d’Amidou Soré, Secrétaire général du gouvernorat de la Région de l’Est, représentant du Gouverneur lors de l’ouverture de l’atelier. Pour lui, Interpeace et ses partenaires posent un acte salutaire en associant les acteurs locaux aux réflexions liées au déroulement du projet. « C’est vraiment une chance pour les acteurs locaux que nous sommes parce qu’on ne peut pas venir résoudre les problèmes sans prendre en compte les points de vue des acteurs locaux », s’est-il exprimé.

Tout en promettant au nom du Gouverneur, le soutien des autorités régionales aux initiateurs du projet, Amidou Soré a invité les acteurs prenant part à l’atelier à y participer avec rigueur et à donner leurs points de vue afin qu’ils puissent être pris en compte.

Il faut noter que l’ONG Interpeace dont le siège se trouve en Suisse, est une organisation crée en 1994. Elle intervient dans la consolidation de la paix et promeut la gestion pacifique des conflits.

Lire aussi?Burkina Faso : Interpeace donne la parole aux jeunes pour la consolidation de la paix

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page