Chanson à l’honneur de Roch Kaboré : Fadal Dey s’explique

Après des plaintes sur sa chanson à l’honneur du Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, l’artiste ivoirien Fadal Dey a régi. Lisez plutôt ! 

 » Salut les fama

NOUS SOMMES EN PLEIN ENREGISTREMENT DE LA CHANSON FASO ROC

Je ne suis pas un donneur de leçons mais je refuse de mourir comme un con. Je n’ai pas le monopole du savoir mais je refuse de mourir sans savoir. Loin de moi de m’immiscer dans la politique politicienne du Burkina Faso ce pays frère que j’aime tant. J’estime seulement qu’un peuple qui cède au chantage des terroristes est un peuple qui décide librement d’être otage et esclave de ces derniers.

Thomas sankara ne nous disait-il pas que seule la lutte libère !

C’est en cela que je loue le courage du président Roch Marc Christian Kabore qui a refusé que son peuple soit otage des forces du mal. En tant qu’africain il fallait que quelqu’un réagisse en le disant haut et fort. C’est ce que j’ai fais à travers la chanson FASO ROC qui n’est qu’une maquette que j’ai envoyé à un ami au Burkina Faso pour voir sa réaction après écoute.

Tellement enjaillé de la chanson ce dernier l’a balancé sur les réseaux sociaux alors que c’est juste une voix témoin qui n’est d’ailleurs pas trop juste que j’ai posé. C’est maintenant donc que je vais la chanter en posant la voix finale. D’ailleurs je vous présente ici les musiciens qui sont en plein enregistrement. C’est donc une maquette avec une qualité pas trop bonne et non un produit fini qui circule sur les réseaux sociaux.

Je remercie le peuple Burkinabè dans son ensemble de l’avoir bien accueilli. J’ai reçu plusieurs lettres ouvertes de la jeunesse Burkinabé que je salue au passage. Pour certains jeunes, la chanson FASO ROC est la bienvenue. Ils kiffent, ils sont mal enjaillé et ils m’encouragent.

Lire ⇒ Chanson de Fadal Dey à l’honneur du président Roch Kaboré : un Burkinabè adresse une lettre ouverte à l’artiste

Pour d’autres, je serais loin des réalités Burkinabé et ils ne sont pas d’accord avec ma chanson. A eux tous je dis merci car c’est ça aussi la démocratie. Je préfère encore les débats d’idées au « Gnaga » de kalashnikov. Il y a un adage qui dit que meme si tu t’allonges pour que les gens te marchent là-dessus, certains vont sûrement se plaindre que tu n’es pas assez plat.

Analysons donc bien la situation pour pouvoir prendre la bonne décision. QUE LES CONSCIENCES S’ÉVEILLENT.

Si pour avoir dire non aux forces du mal; Le Burkina est devenu la cible du mal le peuple doit être solidaire d’avec son président face à la terreur que les terroristes veulent leur imposer. La dignité et l’honneur ne se négocie pas. De toutes les façons le Burkina Faso est le pays des hommes intègres. Je n’ai donc pas de leçon à donner à qui que ce soit seulement je refuse de mourir comme un con.

Pour moi face au terrorisme il n’y a de parti politique ni de société civile. D’ailleurs quand Ouagadougou est attaqué, Abidjan pleure et vice-versa. Les gens ont l’habitude de dire ici que « quand on lache à Abidjan on sent odeur à Ouaga ». cette expression peut certes faire rire mais elle me semble très significative car nous rappelant ainsi que nous formons un même peuple.

C’est donc le moment de faire bloc tous ensemble autour de son Excellence Mr le président Rock qui a refusé que la dignité des Burkinabè soit piétiner. Pour moi c’est un BURKIMBILA. C’est mon point de vue, c’est mon opinion. Je souhaite juste qu’on la respecte comme je respecte l’opinion de tout un chacun.

Je ne saurai terminer ce post sans m’incliner respectueusement devant la mémoire de tous ces soldats tombés pour l’honneur du Burkina Faso et tous ces civils lâchement abattu. Courage à leurs familles et surtout courage aux populations déplacées. Je n’oublie pas ceux qui ont été enlevés par les terroristes et je prie le très haut pour qu’ils retrouvent vivant et en bonne santé leurs familles.

Peuples du Faso tenez bon.
Monsieur le président tenez bon.
LA PATRIE OÙ LA MORT NOUS VAINCRONS « .

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page