Infirmière battue au Burkina Faso : La population de Magourou réclame justice et la réouverture de leur hôpital

La population de Magourou, localité située à 7 km de Garango dans la province du Boulgou, région du Centre Est a manifesté ce jour 28 mai 2020 devant la mairie de Garango pour demander la réouverture de leur centre de santé de promotion sociale (CSPS) fermé suite à une bavure policière.

Les agents de santé dudit CSPS ont fermé le CSPS depuis le 27 mai 2020 suite à la bastonnade d’une infirmière par deux policiers du commissariat de Garango en patrouille pour le respect du couvre-feu, dans la nuit du mardi 26 mai 2020 au mercredi 27 mai 2020.Cette dernière a été battue au sein du CSPS alors qu’elle venait de porter assistance à une femme à la maternité qui avait des difficultés pour accoucher.

Après avoir manifesté leur mécontentement devant l’autorité communale, les manifestants se sont ensuite rendus dans la cour royale pour demander à Naaba Kom (Chef de Garango) d’intervenir afin qu’ils puissent se soigner de nouveau dans leur centre de santé.

Lire ⇒ Couvre-feu au Burkina Faso : Une infirmière battue par deux policiers au sein du CSPS de Magourou

Après la cour royale, le cap a été mis sur le centre médical (CMA) de Garango afin de croiser les premiers responsables du district sanitaire de Garango. Le Médecin chef du district étant absent, les manifestants ont été reçus par ses représentants. Une lettre a été adressée au MCD par le représentant des manifestants qui est par ailleurs le conseiller communal de Magourou.

La lettre comporte trois points à savoir la réouverture sans délai du CSPS, l’interdiction dorénavant à la police de patrouiller à Magourou pour faire respecter le couvre-feu et que justice soit rendue à Mme Ouédraogo, l’infirmière violentée.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page