Reforestation : la ville de Ouagadougou dotée d’un nouveau bosquet

La ceinture verte de la ville de Ouagadougou a abrité le 6 juillet 2024, le lancement des travaux d’aménagement d’un bosquet entrant dans le cadre du projet d’assainissement et de drainage de la ville. Ce bosquet de 5 hectares, situé dans le quartier Toukin, va permettre la mise en terre de près de 5 000 plants.

« L’arbre, c’est la vie. Là où il n’y a point d’arbres, il n’y a pas de vie », a déclaré Sa Majesté Toukin Naaba Toogre, soulignant l’importance vitale des arbres pour la communauté. L’Agence municipale des grands travaux (AMGT) et l’entreprise Soroubat l’ont bien assimilé et ont pris l’initiative sous l’égide de la délégation spéciale de Ouagadougou pour réaliser ce bosquet.

D’une superficie de 5 hectares, ce bosquet va accueillir environ 5 000 plants, dont près de 300 lors de cette journée de lancement. Près d’une cinquantaine d’espèces seront plantées dans cet espace dédié, incluant des arbres fruitiers et des arbres non fruitiers.

Le ministre chargé de l’environnement, Roger Baro mettant en terre un baobab-©Faso7

La réalisation de cet espace vert s’inscrit dans le cadre de l’initiative présidentielle pour le développement communautaire, qui trouve ici une de ses concrétisations les plus prometteuses. « L’activité de ce matin s’inscrit en droite ligne de l’appel du chef de l’État lors de la 6e édition de la journée nationale de l’arbre, où il a engagé chaque Burkinabè, chaque citoyen vivant au Burkina Faso, chaque personne morale à faire sa part pour reverdir le Faso. Cet engagement s’inscrit déjà dans ce que nous appelons, l’initiative présidentielle pour le développement communautaire », a rappelé Roger Baro, ministre en charge de l’environnement.

Dans ce nouvel espace vert, il est prévu la construction d’un château d’eau pour favoriser l’irrigation des plantes. Le bosquet sera subdivisé en plusieurs zones en fonction des espèces d’arbres qui y seront plantées, incluant des parcs à Karité, à Baobab, à Néré, afin de pouvoir générer des revenus pour l’entretien du bosquet et pour les populations riveraines. L’entretien du bosquet sera assuré essentiellement par « les populations, le chef coutumier, mais également les services techniques de l’environnement et de la mairie de Ouagadougou », selon Djibril Toguyeni, directeur général de l’AMGT.

Roger Baro et ses collaborateurs-©Faso7

Ce bosquet financé par la banque d’investissement de l’Union européenne, s’inscrit dans une démarche plus large d’assainissement et de développement durable de la ville de Ouagadougou. Sa Majesté Toukin Naaba Toogre a exprimé sa gratitude au nom des habitants du quartier et a exhorté les populations à « planter au moins un arbre à chaque saison des pluies et à entretenir les arbres afin de pérenniser l’initiative du chef de l’État ».

Roger Baro a invité les institutions et les entreprises à s’approprier le concept « mon institution, mon bosquet », « mon entreprise, mon bosquet » afin de s’engager véritablement pour la reforestation et de faire du pays, un Burkina vert.

Bamboado Edwige OUOBA

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page