Burkina Faso : Une nomenclature des métiers de l’artisanat, du sport et des loisirs en cours d’élaboration  

Le ministère des Sports, de la Jeunesse et de l’Emploi a procédé, ce vendredi 14 juin 2024, au lancement de l’activité d’élaboration de la nomenclature des métiers de l’artisanat, du sport et des loisirs. Selon le patron du département, Dr Boubakar Savadogo, cette activité va permettre d’avoir une cartographie des métiers afin d’amorcer un réel développement du Burkina Faso.

Dresser une cartographie des métiers de l’artisanat, du sport et des loisirs afin de permettre aux jeunes d’apprendre, tel est l’objectif visé par le ministère en charge de l’emploi à travers l’élaboration de la nomenclature des métiers. Selon Dr Boubakar Savadogo, chef du département, ce sont 15 secteurs prioritaires qui ont été détectés pour bénéficier de la nomenclature des métiers.

« Parmi ces secteurs prioritaires, nous avons choisi de démarrer avec l’artisanat, le sport et les loisirs. Au niveau de l’UEMOA, il y a déjà une base de métier de l’artisanat et chaque pays doit l’adapter. Ensuite, il y a les métiers du sport. Nous avons appris les leçons de ce qui nous est arrivé sur le cas du stade du 4-août », a-t-il dit.

Spécifiquement sur le volet des métiers du sport, le ministre a souligné qu’il faut de l’expertise locale dans ce domaine. Selon ses propos, «  des gens se disent experts sans avoir les compétences nécessaires. Beaucoup de choses sont apprises sur le tas ». Après ces domaines, d’autres secteurs vont bénéficier de la nomenclature.

« Il y a des raisons qui ont fait que nous avons décidé de travailler sur ces secteurs. La première, c’est qu’après le secteur agricole, c’est l’artisanat qui est le second domaine qui emploie le plus (…)

Si nous avons décidé de travailler sur le sport, c’est à cause de la fameuse histoire du stade du 4 août. Nous nous sommes rendu compte que beaucoup de problèmes que nous avons rencontrés sont liés au fait que nous n’avons pas de spécialistes dans les métiers qu’il faut. Au-delà du stade, il y a beaucoup d’autres activités dans le sport et nous avons constaté que beaucoup d’incompréhensions sont liées au fait qu’il manque des spécialistes dans ce corps de métier. Il était important que nous puissions avoir des spécialistes, des experts. Pas seulement que les gens s’autoproclament experts, mais qu’ils puissent suivre des formations. C’est pour cela que nous avons choisi ces secteurs activités »,

a lancé le Dr Boubakar Savadogo.

Pour sa part, Germaine Compaoré, présidente nationale de la Chambre des métiers de l’artisanat du Burkina Faso (CMA-BF), a laissé tendre que cette activité est la bienvenue. Elle a souligné que l’ensemble des acteurs accueillent avec « joie » l’élaboration de la nomenclature des métiers de leur secteur.

« Au regard du poids de l’artisanat dans notre tissu économique, il était temps qu’on puisse disposer d’une nomenclature des métiers de l’artisanat servant de référence a tous les acteurs du domaine et permettant aux  décideurs d’orienter et de canaliser les actions visant à booster la formation professionnelle et l’apprentissage aux métiers dans notre pays », a-t-elle dit.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page