Actionnariat populaire : Le ministre chargé de la justice et ses collaborateurs rejoignent l’initiative

L’Agence pour la Promotion de l’Actionnariat Communautaire a organisé une rencontre d’information et de souscription, ce mardi 11 juin 2024, à Ouagadougou, au profit des agents du ministère chargé de la justice. Au cours de cette séance, le ministre en charge de la justice, Edasso Rodrigue Bayala, a souscrit à l’initiative.

Le ministre en charge de la justice, Edasso Rodrigue Bayala a souscrit ce mardi 11 juin 2024, à Ouagadougou, à l’actionnariat populaire, encourageant ses collaborateurs, qui ne sont pas encore inscrits à lui emboîter le pas. Cette souscription a été faite au cours de la séance de sensibilisation et de souscription des agents de son département.

Selon lui, le Burkina Faso mène deux luttes. Il s’agit de la lutte pour la sécurisation du territoire nationale et de la lutte pour retrouver la souveraineté et l’indépendance.

« (…) Qui parle de souveraineté, bien entendu, parle de tous les aspects de la vie socioéconomique. On ne peut pas se dire souverain si on n’est pas auto-suffisant dans un certain nombre de domaines et particulièrement dans le domaine agroalimentaire, industriel et économique, de façon générale. C’est en cela que nous trouvons que l’initiative de l’APEC qui vise à mobiliser et à fédérer les énergies des Burkinabè, pour la création d’entreprises communautaires, pour la création de la richesse nationale est la bienvenue », a-t-il dit.

Cette séance d’échange a réuni plusieurs agents des différents démembrements du ministère en charge de la justice.

De son avis, l’initiative leur permet d’investir et de pouvoir créer des emplois, afin de participer à la création d’entreprises qui vont alimenter l’économie. Il a ajouté que les représentants de l’APEC ont rassuré et expliqué tous les contours, tous les projets envisagés et la sécurité qui entoure ces investissements.

« Il va de soi qu’en sortant de cette réunion, nous sommes beaucoup plus convaincus, nous et nos collaborateurs que ce que nous avons déjà vu à la télé, dans les journaux. C’est bien une réalité et nous sommes très satisfaits de cette initiative », a-t-il noté.

La délégation de l’APEC à ces échanges a été conduite par Clémence Zoundi, directrice de la promotion de l’actionnariat populaire.

« Nous avons constaté une forte mobilisation, de l’engouement à l’intérieur. Il y a eu énormément de questions de compréhension. Ce qui permet à l’issue de faire une forte souscription, une souscription massive », a-t-elle affirmé.

« Nous avons constaté une forte mobilisation, de l’engouement à l’intérieur », Clémence Zoundi, directrice  de la promotion de l’actionnariat populaire.

Elle a informé que c’est à la 3e année d’exercice comptable que l’APEC va procéder aux partages des dividendes. Clémence Zoundi a précisé que c’est un appel à action, des investissements et plus les Burkinabè se mobilisent très rapidement et plus également, le travail va évoluer. C’est pourquoi, elle a invité chaque Burkinabè à prendre des parts sociales.

La directrice de la promotion de l’actionnariat populaire a ajouté que l’APEC a besoin de 100 milliards de francs CFA et 3 millions de Burkinabè autour de ces projets.

Il faut noter que l’APEC a un an d’existence. Elle a été lancée le 12 juin 2023. Selon elle, en termes de réalisation, il y a l’usine de Bobo-Dioulasso, à hauteur de plus de 7 milliards 500 millions F CFA par actionnariat populaire et dans les jours à venir, l’usine de SOFATO construite par actionnariat populaire pure sera ouverte.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page