Burkina Faso : Le certificat de nationalité désormais délivré en ligne

Le Président de l’Assemblée Législative de Transition, Dr Ousmane Bougouma, a lancé ce vendredi 7 juin 2024, la plate-forme de dépôt de demande de certificat de nationalité en ligne. Cette plate-forme dénommée eCertificat de nationalité burkinabè accessible via https://ecertificat-nationalite.gov.bf, a pour objectif de faciliter de l’obtention du certificat de nationalité burkinabè pour les demandeurs.

En vue de réduire le délai d’obtention des certificats de nationalité burkinabè et de réduire les difficultés de traçabilité des certificats de nationalité, la plateforme eCertificat de nationalité burkinabè a été lancée ce vendredi 7 juin 2024. Ce processus qui entre dans le cadre de la dématérialisation des actes administratifs, a débuté le 10 octobre 2023 par une réunion de cadrage.

Cette plate-forme est  dénommée eCertificat de nationalité burkinabè (https://ecertificat-nationalite.gov.bf).

Selon le président de l’Assemblée Législative de Transition (ALT), Dr Ousmane Bougouma, ce processus découle de la volonté du chef de l’Etat de travailler davantage à digitaliser un certain nombre d’actes administratifs et actes judiciaires.

« Ce processus permet à nos concitoyens de l’intérieur et de l’extérieur de procéder à leurs demandes de certificat de nationalité en ligne. Cette demande va être traitée et ils vont pouvoir acquitter les frais afférant à ces demandes et recevoir leurs certificats de nationalité en ligne », a-t-il déclaré en saluant cette vision du président du Faso.

De son avis, ce processus facilite véritablement la vie des concitoyens et la représentation nationale salue, remercie et encourage le gouvernent de continuer dans ce processus.

« La digitalisation facilite non seulement la vie de nos concitoyens, mais permet aussi au niveau du gouvernement d’avoir une certaine traçabilité des actes qui sont délivrés , parce que vous avez remarqué que cet eCertificat de nationalité (…) il y a aussi un processus de sécurisation qui permet ainsi d’éviter la falsification, donc c’est à saluer », s’est-il exprimé.

« ll y a aussi un processus de sécurisation qui permet ainsi d’éviter la falsification », Dr Ousmane Bougouma, Président de l’Assemble Législative de Transition.

Le ministre de la Justice et des Droits humains, chargé des Relations avec les institutions, garde des Sceaux, Edasso Rodrigue Bayala, a noté que l’obtention du certificat de nationalité burkinabè est conditionnée par le dépôt d’une demande accompagnée de pièces justificatives au Tribunal saisi par le demandeur. C’est pourquoi, la plateforme de demande de traitement et de délivrance en ligne du certificat de nationalité burkinabè constitue une solution innovatrice.

Elle va permettre « d’une part  de rendre plus accessible le service public de la justice. D’autre part, il s’agira de rendre moins onéreux le coût des actes en ce qu’elle permet à l’usager depuis son lieu de résidence, de demander en ligne et d’obtenir par le même canal son certificat de nationalité burkinabè sans avoir à se déplacer vers une juridiction donnée », a-t-il jugé.

Il a laissé entendre qu’actuellement, au regard du nombre de demandes, les délais d’obtention de certificat de nationalité sont un peu long. « Il faut aller au-delà d’une semaine pour pouvoir l’obtenir et nous espérons qu’avec la dématérialisation, nous allons réduire de manière drastique les délais pour la délivrance », a-t-il noté.

Elle va permette  » d’une part  de rendre plus accessible le service public de la justice », Edasso Rodrigue Bayala, Ministre de la Justice et des Droits humains, chargé des Relations avec les institutions, Garde des Sceaux.

Il a invité ses collaborateurs particulièrement chargés de la gestion quotidienne de la plateforme de se mettre à la tâche avec labeur et rigueur, professionnalisme et intégrité pour donner satisfaction aux citoyens burkinabè qui useront de cet outil nouveau. Le ministre Edasso a également exhorté les Burkinabè de l’intérieur et de l’extérieur à s’approprier l’outil afin de réduire les coûts et de se rapprocher encore plus de la justice.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page