École sous-régionale de formation des archéologues : le Ministre Jean Emmanuel Ouédraogo sur les traces du site de Wargoanda 

Le Ministre d’Etat chargé de la Communication et de la Culture, Jean Emmanuel Ouédraogo, a visité le mardi 28 mai 2024, le site archéologique de Wargoanda situé à Soulgo dans le plateau central. C’est une butte anthropique qui fait office d’école sous régionale de formation des archéologues. 

Il s’agit d’une butte anthropique sur laquelle était bâti, au 15e siècle, la résidence du roi Wargoanda de la communauté des Ninissi. Long de 120 mètres avec une hauteur de 1,5 m, ce sont des vestiges d’habitation, du matériel de meunerie, de la céramique et des ossements humains ou d’animaux en partie détruits qui ont été donnés de voir au visiteur du jour.

Au regard de sa charge historique et témoin de l’existence d’une communauté ancienne, sous la direction des docteurs Lassina Simporé et Élise Thiombiano, enseignants chercheurs au département d’histoire de l’UFR sciences humaines, ce site fait l’objet de fouilles archéologiques depuis les années 2000 pour découvrir davantage, le mode de vie ainsi que les usages de cette communauté. C’est aussi le lieu pour les étudiants en archéologie d’allier la théorie à la pratique en menant leurs propres fouilles. 

« En dehors de tout ça, on trouve une importante quantité de céramique. Et cette céramique a été utilisée pour faire des récipients, mais aussi pour faire du dallage, pour carreler les maisons. Selon la tradition orale, nous sommes sur un site datant du 15e siècle. Mais les fouillés ont révélé des datations plus anciennes autour du premier siècle après Jésus-Christ», a expliqué Dr Lassina Simporé.

L’intérêt particulier que revêt le site archéologique de Soulgo a conduit les archéologues de l’Afrique de l’Ouest à le retenir pour abriter le chantier-école qui sera le lieu de formation des archéologues de la sous région, à souligner Lassina Simporé.

« Cette céramique a été utilisée pour faire des récipients, mais aussi pour faire du dallage, pour carreler les maisons » Dr Lassina Simporé

Le visiteur du jour, le ministre Jean Emmanuel Ouédraogo, a tenu à féliciter et à encourager les archéologues pour le travail de fouille qui s’opère sur ce site. Pour lui, la découverte de nouveaux vestiges ne peut qu’enrichir le patrimoine en les exposant dans les musées. De ce fait, il est impératif de trouver des solutions pour éviter la destruction totale de ces vestiges. Face aux difficultés exposées par les archéologues, notamment la sécurisation du site pour menée effectivement les travaux, Jean Emmanuel Ouédraogo dit prendre bonne note pour la recherche de solutions.

« Il y a bien sûr un certain nombre de difficultés qui ont été soulevées, des difficultés liées à la sécurisation de ce site pour que des actions anthropiques ne viennent pas détruire tout ce qu’il y a ici de façon irrémédiable. Mais il y a aussi les travaux d’accompagnement pour que les archéologues en herbe et leurs enseignants bénéficient de minimum de conditions pour pouvoir faire leur travail », a ajouté Jean Emmanuel Ouédraogo.

Cheick Habib Désiré BAYILI

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page