Burkina Faso : L’ONG Good Vision fait don d’un refractomètre au Centre National de Lutte contre la Cécité

L’ONG Good vision a fait don d’un refractomètre au Centre Nationale de Lutte contre la Cécité, ce mercredi 29 mai 2024 à Ouagadougou. Ce don a été précédé d’un bilan de la subvention de la chirurgie de cataracte.

Le refractomètre, c’est cet appareil lié à une tablette, qui a été remis au Centre Nationale de Lutte contre la Cécité, ce mercredi 29 mai 2024, à Ouagadougou. Selon Thierry Nassouri, directeur pays de l’ONG Good vision, ce don répond à une nécessité et à une demande.

« Le centre est un peu démuni en termes de matériel technique. Nous avons décidé de leur donner le refractomètre dans un premier temps et par la suite, nous allons essayer de voir comment les appuyer en termes de formation, de don supplémentaire », a-t-déclaré.

« Nous avons décidé de leur donner le refractomètre dans un premier temps », Thierry Nassouri, directeur pays de l’ONG Good Vision

Ce don a été bien accueilli par les responsables dudit centre. De l’avis de Dr Pathé Sankara, chef de service du centre national de lutte contre la cécité, cet appareil était nécessaire pour la prise en charge des malades.

« Nous venons de recevoir un refractomètre automatique liée à une tablette. Quand on met les yeux devant cet appareil, il va nous donner à peu près les défauts qu’il faut corriger, et en ce moment, la correction est plus simplifiée et plus spécifique à la personne donnée », a-t-il affirmé.

En termes de bilan, la subvention des chirurgies de la cataracte, phase pilote, a permis la prise en charge de 87 patients, dont 41 hommes (47,12 %) et 46 femmes (52,88 %).

En ce qui concerne les yeux opérés, 89 yeux, dont œil droit (OD= 49) et œil gauche (OG = 40). Aussi, deux patients ont bénéficié de l’intervention des deux yeux (ODG). L’âge moyen des patients est de 58 ans.

Dr Pathé Sankara, chef de service du centre national de lutte contre la cécité a précisé que c’est un programme de prise en charge de la cataracte.

« Il s’agit d’opérer la cataracte récitante chez certaines personnes et l’ONG Good vision a joué le rôle du tiers payant. Ça veut dire que si l’opération coute 75000/ 80000 F, c’est l’ONG qui débrousse et qui paye à la place du malade parce que beaucoup de cas de malade veulent se faire opérer, mais ils n’ont pas les moyens », a-t-il noté.

« L’ONG Good vision a joué le rôle du tiers payant », Dr Pathé Sankara, chef de service du centre national de lutte contre la cécité.

Du côté de l’ONG Good vision, le nombre atteint est satisfaisant. « Le nombre de personnes nous satisfait. On a même fait un peu plus. C’est la preuve que le besoin est là et pour cette année 2024, on va essayer d’augmenter le nombre pour toucher un peu plus de personne », a apprécié Thiery Nassouri.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page