Burkina Faso : c’est parti pour l’édition 2024 du Festival de la Culture San

L’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel (ASPC) a lancé ce 23 mai 2024 la quatrième édition du Festival de la Culture San (FECUSAN) à Ouagadougou. Une édition placée sous le signe de la valorisation de la parenté à plaisanterie et de la contribution de la culture dans la recherche de la cohésion sociale.

Cette année, le thème retenu pour la quatrième édition FECUSAN est : « contribution de la culture au renforcement de la résilience : quelles actions pérennes dans la recherche de la paix et de la cohésion sociale ». Des explications d’Urbain Toé, président de l’ASPC, ce thème est retenu parce que, pour résoudre le problème du vivre-ensemble au Burkina Faso, il faut un retour à notre identité culturelle. Il a estimé que la parenté à plaisanterie était et est toujours un facteur déterminant dans la résolution des conflits et dans la recherche de la paix pour un vivre-ensemble harmonieux.

Pour lui, il est très important que les Burkinabè s’unissent à travers la parenté à plaisanterie, revisitent leur passé pour résoudre les problèmes du présent afin de se projeter dans l’avenir. « La culture est le socle de tout. Nous devons conjuguer nos efforts pour magnifier notre culture, la préserver pour que nos jeunes frères qui arriveront après nous sachent qu’elle est notre particularité identitaire. Nous devons travailler à transmettre notre culture à nos fils et à nos petits-fils », a-t-il déclaré.

Pour cette quatrième édition, la culture San sera à l’honneur comme à l’accoutumée avec la prestation des masques San. Les flûtistes San seront également de la partie de même que les troupes de danse traditionnelle Samo et des artistes San comme Flora Paré. L’innovation de cette édition est l’intégration de la communauté moaga dans les festivités pour marquer la dynamique du festival à promouvoir la parenté à plaisanterie.

À l’entendre, le FECUSAN est une introspection, car c’est un festival qui nous amène à nous interroger sur notre culture et à découvrir ce qu’elle a de plus précieux. « C’est toujours une joie d’aider à promouvoir les cultures que nous avons. Nous voulons que tout le monde s’imprègne de ces cultures. Nous pourrons avoir un vivre-ensemble harmonieux si on se connaît davantage. Aux Samo, je les appelle à promouvoir leur culture et apprendre à connaître la culture des autres pour que nous arrivions à une cohésion sociale », a informé le Ouidi Naaba Kiiba, patron de l’évènement.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page