Burkina Faso : La Gendarmerie nationale démantèle deux réseaux de présumés criminels

La Gendarmerie nationale a mis la main sur deux réseaux de criminels sévissant à Ouagadougou. Le 1er réseau est spécialisé dans le vol organisé d’énergie au préjudice de la SONABEL. Le deuxième était spécialisé dans les arnaques via les réseaux sociaux. Ils ont été présentés ce lundi 20 mai 2024 à Ouagadougou.

C’est la cellule économique et financière de la section de recherche de la 3e Légion de Gendarmerie à Ouagadougou, avec à sa tête l’adjudant-chef Aimé Yameogo, qui a mené l’enquête. Sur le premier réseau, leurs vols consistaient en des branchements hors du compteur. Des branchements dérivés en amont des compteurs pour capter l’énergie directement.

« Cette pratique répréhensible permet aux auteurs et aux bénéficiaires de capter directement l’énergie sans transiter par les compteurs. C’est une manœuvre frauduleuse qui offrait une consommation gratuite et illicite (…). Au regard de la gravité des faits, des commanditaires et des complices ont été interpellés. Il ressort des auditions que certains bénéficient de ce branchement depuis 2012 », a informé l’adjudant-chef Aimé Yameogo.

Les enquêtes sont toujours en cours pour démanteler tout le réseau, car à écouter l’adjudant-chef Aimé Yameogo, des branchements frauduleux existent encore dans la ville de Ouagadougou et ailleurs. Pour l’heure, ce sont « 5 branchements frauduleux opérés sur le réseau de la SONABEL qui ont été détectés ». « Les pertes subies par la SONABEL s’élèvent à la somme de 16 997 175 F CFA », a-t-il ajouté.

Un deuxième réseau

Concernant le deuxième réseau, c’est la Police Technique et Scientifique de la Section de Recherche de la 3e Légion de la Gendarmerie de Ouagadougou (CPTS/SR) qui s’est chargée de l’enquête. Avec à sa tête l’adjudant-chef Nestor Bado, elle a réussi à appréhender un réseau de cybercriminels spécialisés dans les arnaques via les réseaux sociaux.

Les cybercriminels procédaient en quatre étapes. La première consiste à l’acquisition de carte SIM avec des CNIB ramassées. La deuxième étape à l’identification et la prise de contact avec les cibles, le plus souvent des commerçants. Par la suite, ils lancent auprès des commerçants une commande de marchandises. Le marché conclu, ils demandent un numéro de compte bancaire du commerçant pour effectuer le versement du montant de la marchandise.

Malicieux à entendre, l’adjudant-chef Nestor Bado, c’est en ce moment que l’informaticien du groupe entre en jeu pour la troisième étape. Elle consiste à l’établissement de faux bordereaux de versement bancaire du montant conclu qui sera scanné et envoyé au commerçant.

Des dires de Nestor Bado, ils s’arrangent pour l’envoyer au commerçant à une heure où il lui est impossible de se déplacer à la banque ou d’appeler son gestionnaire de compte pour se rassurer de l’effectivité de la transaction. La quatrième étape est celle de l’enlèvement de la marchandise.

« Les délinquants recrutent deux innocents chauffeurs de tricycles de façon distincte pour brouiller les pistes des enquêteurs. Le premier est chargé de rentrer en contact avec la victime pour procéder à l’enlèvement de la marchandise et le deuxième chargé de prendre le relais à un lieu d’embarquement choisi. La destination finale étant un lieu de livraison ou de dépôt en attendant l’écoulement du butin », a expliqué Nestor Bado.

Les investigations de la CPTS/SR ont permis de mettre la main sur deux membres du réseau, le 02 mai 2024, puis sur deux autres membres les 13 et 15 mai 2024. Au total, ce sont 8 climatiseurs, 4 motos scooters Mio 125, 3 postes téléviseurs qui ont été récupérés des mains des cybercriminels.

« A l’étape actuelle de l’enquête, le préjudice financier résultant de cette activité délictuelle est estimé à 10 millions F CFA », a annoncé Nestor Bado. Par ailleurs, l’ensemble du matériel récupéré a été remis aux victimes dans les locaux de la Section de Recherche de la Gendarmerie Nationale.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page