Promotion des énergies renouvelables: La CNPDER-BF veut faire du Burkina Faso une référence 

Dans le cadre de la mise œuvre du projet Coopération des organisations panafricaines de la société civile pour les Énergies Renouvelables en Afrique (COOPARE), la Coalition nationale des OSC pour la promotion des énergies renouvelables et l’accès à l’énergie durable au Burkina Faso (CNPDER-BF) a organisé, le 18 avril 2024 à Ouagadougou, la première édition de la journée de promotion des énergies renouvelables. C’était une occasion pour les acteurs de mettre en lumière des expériences réussies de projets d’énergies renouvelables en Afrique de l’Ouest.

 

Cette première journée de promotion des énergies renouvelables s’inscrit dans la logique d’exploiter tout le potentiel énergétique que possède l’Afrique de l’Ouest, en particulier le Burkina Faso, en matière d’énergie solaire, d’énergie éolienne et la biomasse.

Pour réussir efficacement l’exploitation de ces ressources naturelles, il est important que tous les acteurs soient informés au même titre, a expliqué Dramane Coulibaly, coordonnateur du Centre d’Etudes Economiques et Sociales de l’Afrique de l’Ouest-Association Internationale (CESAO-AI).

Dans un premier temps, dit-il, cette journée a réuni les professionnels du domaine des énergies renouvelables, des étudiants ainsi que des ONG engagés dans la promotion de cette énergie pour exposer les avancées majeures ainsi que les défis du secteur des énergies renouvelables au Burkina Faso. Après cette étape, il s’est agi de visiter des stands d’exposition des savoir-faire de ceux qui œuvrent pour concevoir des équipements d’énergie verte. 

Le CESAO-AI revêt un intérêt particulier en ce sens que la structure vise à contribuer à l’adoption des systèmes énergétiques 100 % renouvelables d’ici à 2030 en Afrique. Il veut être un allié du gouvernement burkinabè dans sa politique de promouvoir l’énergie renouvelable. 

«Jusque-là, nous sommes alimentés par un système qui est assez cher et qui également ne garantit pas la durabilité. L’option a été faite par les différents pays de promouvoir les énergies renouvelables. Autrement dit, les énergies pures, soient durables, soit accessibles pour accélérer vraiment l’accès à l’énergie»,  a soutenu Dramane Coulibaly.

Les membres du presidium à la cérémonie de lancement de la première édition de la journée des énergies renouvelables-©Faso7

Dr Charles Konseibo, président du CNPDER-BF, structure exécutive du projet, a invité toutes les organisations œuvrant dans l’énergie durable à multiplier les initiatives. Selon ses propos, à travers le Réseau Ouest Africain des Coalitions pour la Promotion des Énergies Renouvelables (ROACER) présent dans 5 pays, ils accompagnent les structures désireuses à travers un partage d’expérience.

« Toutes activités, toutes initiatives, dans le sens de faire la promotion, de faire prendre conscience de l’importance des énergies renouvelables aussi bien que pour les autorités que pour les populations, nous sommes accompagnateurs», a-t-il signifié.

Le ministère de l’énergie, des mines et des carrières se réjouit de la tenue de cette initiative car elle vient conforter le gouvernement dans sa position de faire de l’énergie durable un levier essentiel en matière de développement.

«Notre engagement est ferme, en témoigne le quitus obtenu par mon département ce 16 avril 2024 des députés de la Transition pour contracter un prêt d’un montant global de 30 milliards de francs CFA auprès d’EXIMBANK (Banque d’Exportation et d’Importation de la Chine ) pour le financement de la centrale solaire de Donsin d’une puissance de 25 MWc», a fait savoir Oussoufom Gouba, conseiller technique.

Cheick Habib Désiré BAYILI 

Faso7 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page