29e édition du FESPACO : L’appel à films officiellement lancé à Ouagadougou

A un an de la tenue de la 29e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO), le comité d’organisation de cette fête du cinéma africain a officiellement lancé l’appel à films FESPACO 2025. C’était le jeudi 29 février 2024 au cours d’une conférence de presse. L’innovation de cette édition à venir du FESPACO est que l’inscription des producteurs et réalisateurs est désormais conditionnée au paiement de la somme de 32 500 F CFA, soit 50 euros.

Les inscriptions se feront en ligne comme d’habitude sur la plateforme www.fespaco.bf, du 29 février 2024 au 30 septembre 2024. Selon Alex Moussa Sawadogo, Délégué général du FESPACO, c’est pour permettre à tous les réalisateurs du contient et de la diaspora de pouvoir s’inscrire à temps, que le délai d’inscription est « aussi long ».

A cette édition du FESPACO qui aura pour pays invité d’honneur, le Tchad, le Délégué général, dit espéré recevoir au moins 2 500 films au regard de la bonne production des films sur le continent. « Nous espérons en avoir trois mille parce que nous nous sommes rendu compte que la production est très bonne dans les différents pays. Nous sommes quasi sûrs d’avoir au minimum 2000 films inscrits pour la prochaine édition du FESPACO », a-t-il expliqué.

Dr Dramane Konaté, représentant du ministre en charge de la culture lors du lancement de l’appel à films FESPACO 2025, a indiqué qu’en dépit des difficultés rencontrées depuis sa création, le FESPACO est devenu un emblème du cinéma africain. « La pyramide FESPACO est arrivée à un stade où ça fait la fierté du Burkina. Ça fait la fierté de l’Afrique. Ça fait la fierté de la diaspora », a-t-il soutenu.

Le FESPACO 2025 se tiendra du 22 février au 1er mars 2025, et est placé sous le thème, « Cinéma d’Afrique et identités culturelles ». De l’avis du Dr Valentine Palm/Sanou, enseignante à l’université Joseph Ki Zerbo, le thème interpelle sur l’apport du contient africain au monde entier à travers le cinéma.

« Nous pouvons réfléchir sur l’encrage culturel de notre cinéma, mais mettre cet encrage culturel en face donc de l’universalité », a-t-elle laissé entendre.

En rappel, c’est le film  » Ashkal » du Tunisien Youssef Chebbi qui a remporté l’Étalon de Yennenga à la 28e édition du FESPACO 2023.

Rasolsida Prisca Rachel ILBOUDO (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page