« Quand passeront nos douleurs » : L’autopsie de « nos douleurs » faite par Jean Sylvanus Ouali

Une « œuvre romanesque avec des fragments de poésie », c’est la description faite du roman de Jean Sylvanus Ouali par Boubacar Dao, le Président de la Société des Auteurs, des Gens de l’Écrit et des Savoirs (SAGES), ce vendredi 23 février 2024 à l’occasion de la dédicace de l’ouvrage. Intitulé « Quand passeront nos douleurs », le livre est divisé en 9 chapitres repartis en 94 pages.

Une représentation talentueuse et captivante de la société, dont la quiétude a été profondément et brutalement perturbée. C’est cette image que l’auteur Jean Sylvanus Ouali entend transmettre à travers son roman intitulé « Quand passeront nos douleurs ». « C’est un condensé des douleurs que nous ressentons à travers la vallée profonde des difficultés que le Burkina Faso traverse depuis longtemps », a-t-il dit.

Selon ses explications, c’est le ressenti de toute la population qu’il a voulu dépeindre dans les 94 pages de son roman. Au-delà de cette peinture, l’auteur a fait des questionnements sur l’apport des uns et des autres. C’est alors avec pour vision d’interpeller et de faire passer le message que ces pages ont été rédigées.

Jean Sylvanus Ouali a indiqué sur la question de la thématique du livre que c’est l’insécurité qui est le thème principal. « L’œuvre est structurée en 9 chapitres comme les 9 mois d’une grossesse. La neuvième partie donne son titre à l’œuvre. C’est pour dire que c’est à partir de ce moment que nous douleurs vont passer », a-t-il laissé entendre.

Pour sa part, le président de la Société des Auteurs, des Gens de l’Écrit et des Savoirs (SAGES), Boubacar Dao, a fait savoir que le roman est « bien ». Le livre est disponible sur le marché au prix de 3 500 F CFA. Pour la suite, l’auteur a signifié que « le défi, c’est de traduire l’œuvre en gourmantché ». Il entend continuer dans l’écriture, car dit-il, « il y a de quoi écrire et il y a sur quoi écrire ».

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page