Burkina Faso : Les sociétés d’électricité des pays de l’AES se concertent pour renforcer la résilience énergétique

Les sociétés d’électricité des pays de l’Alliance des Etats du Sahel (AES) sont en concertation du 20 au 22 février 2024, à Ouagadougou. Il s’agit, pour ces acteurs, de mutualiser les ressources, les compétences pour renforcer la résilience énergétique de l’espace AES. La cérémonie d’ouverture des travaux a eu lieu ce mardi 20 février 2024.

Au regard du contexte sociopolitique sous régional, EDM SA (Énergie du Mali), NIGELEC (Société Nigérienne d’Electricité) et SONABEL (Société nationale d’électricité du Burkina), des sociétés d’électricité des pays de l’Alliance des Etats du Sahel (AES), se sont réunies pour réfléchir sur la stratégie d’approvisionnement de ces pays en énergie.

Placée sous le thème, « Quelles stratégies pour sécuriser l’approvisionnement des pays de l’AES en énergie électrique ? », cette concertation a réuni les experts en production, en transport, en distribution et en commercialisation d’énergie.

« Ce thème met en exergue des défis que doivent relever les sociétés en électricité en matière d’approvisionnement adéquate et d’amélioration de l’accès de la population en énergie électrique », a déclaré Yacouba Zabré Gouba, ministre de l’Énergie, des mines et carrières du Burkina Faso.

Cette rencontre a réuni les experts de EDM SA, NIGELEC et de la SONABEL – © Faso7

De son avis, ces trois pays, dotés de ressources solaires et d’autres potentialités, éprouvent toujours quelques difficultés pour assurer une alimentation sécurisée des populations en énergie. Ainsi, il s’agira pour les trois pays, liés par le destin, l’histoire et la géographie, de développer des solutions et des stratégies endogènes pour garantir l’électricité des populations déjà éprouvées par l’ennemi commun qu’est le terrorisme, selon le ministre de l’Énergie.

« Cette rencontre vise essentiellement à développer notre résilience énergétique, en comptant d’abord sur l’optimisation et la mutualisation de nos ressources propres et en diversifiant le choix des partenaires stratégiques. Il y va de la survie de nos systèmes électriques respectifs », a ajouté Yacouba Zabré Gouba.

Il a ajouté que cet atelier vient à point nommé, car il jette les bases d’un renforcement et d’une dynamisation de la coopération régionale en matière d’électricité basée sur la solidarité et la mutualisation des ressources entre les pays de l’alliance.

« Cette rencontre vise essentiellement à développer notre résilience énergétique », Yacouba Zabré Gouba – © Faso7

Le Directeur général de la SONABEL, Souleymane Ouédraogo, a laissé entendre qu’au cours de ces trois jours de réflexions, les participants vont poser le diagnostic des contraintes et difficultés liées à l’approvisionnement en énergie de ces pays, afin que les autorités puissent en administrer la thérapie, en concert avec les sociétés d’électricités. Il s’agit également de renforcer leurs capacités d’anticiper les évènements et à renforcer leur planification.

« En tant que techniciens, notre rôle est d’attirer l’attention de nos autorités sur les enjeux économiques, sociaux, et même sécuritaires liés à l’approvisionnement de nos pays en énergie électrique, dans un contexte sociopolitique sous-régional difficile », a déclaré Souleymane Ouédraogo.  

Le Directeur général de la Sonabel, Souleymane Ouédraogo – © Faso7 

Le ministre Yacouba Zabré Gouba a signalé que des propositions claires, qui vont contribuer à l’élaboration d’une stratégie commune d’électrification des trois pays de l’AES, sont attendues des réflexions de Ouagadougou et les conclusions des travaux sont très attendues au plus haut niveau des trois Etats.

« Autant l’union fait la force, autant la discorde expose à un échec cuisant. Cela, pour rappeler aux responsables de ces trois sociétés la nécessité de travailler en bonne intelligence pour relever les défis redoutables et urgents qui nous attendent », a-t-il invité.

En rappel, la rencontre de concertation se tient du 20 au 22 février 2024, à Ouagadougou et réunie une centaine de personnes. Cette rencontre stratégique, première du genre, se veut être un cadre de réflexion et de partage d’expérience entre ces trois sociétés sœurs vivant des réalités semblables.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page