Burkina Faso : Les acteurs du Budget réunis pour « maitriser la masse salariale »

Le ministre de l’Economie des finances et de la prospective, Dr Aboubakar Nacanabo, a lancé ce 20 février 2024, les travaux de l’assemblée annuelle des services du budget, à Ouagadougou. Il s’agira, au cours de cette rencontre, d’échanger sur la question de la gestion de la masse salariale et les dépenses de personnel.

Les acteurs de l’Economie, des finances et de la prospective ont 48 heures au cours desquelles, ils échangeront sur les préoccupations de leur département. Cette deuxième édition de l’assemblée annuelle offre une tribune d’expression entre les différents agents « pour un partage d’expérience et de bonnes pratiques, ainsi que pour des échanges sur les préoccupations relatives à l’amélioration des performances », a indiqué le ministre Aboubakar Nacanabo.

Sous le thème « la gestion des dépenses de personnel dans le cadre de la mise en œuvre des réformes budgétaires », cette rencontre a réuni des acteurs du Budget, et aussi des Finances.

Le ministre a souligné les défis de la gestion de la masse salariale et des dépenses de personnel, notamment face au rétrécissement des financements et aux besoins croissants en investissement. Il a insisté sur le besoin d’efficacité dans ce domaine, particulièrement dans un contexte où il faut garantir les besoins des Forces de défense et de sécurité.

«  Le défi de l’efficacité de la gestion de la masse salariale se pose davantage dans notre contexte où il faut répondre simultanément aux besoins en équipements de nos Forces de défense et de sécurité et à l’accroissement de leurs effectifs. », a-t-il souligné.

Aboubacar Nacanabo, ministre de l’Economie, président de la cérémonie-© Faso7

Au cours des dix dernières années, la masse salariale est passée de 500 milliards en 2013 à plus de 1097 milliards F CFA en 2023 pour un ratio masse salariale par rapport aux recettes fiscales de 47,55%. En d’autres termes, les dépenses liées aux salaires des agents ont plus que doublé au cours de cette période. Ce qui représente environ 47,55% des recettes fiscales.

« La masse salariale doit correspondre à un travail effectif réalisé sur le terrain donc c’est vraiment pour s’assurer que les rémunérations qui sont payées correspondent à un travail effectif et comment faire en sorte que nous puissions mettre en cohérence avec le niveau d’évolution de nos recettes fiscales (…) », a expliqué Aboubakar Nacanabo.

Selon la Directrice générale adjointe du Budget, Brigitte Marie Suzanne Compaoré/Yoni, il est plus que capital de maitriser la masse salariale. « Il faut que nous travaillons à mieux maitriser la masse salariale, parce que ces dernières années, elle prend une place prépondérante dans le budget », a-t-elle suggéré.

Madame Suzanne Yoni, Directrice générale du Budget – © Faso7

L’assemblée se tient du 20 au 21 février à la direction générale des douanes. A cet effet, il est prévu des travaux en plénières et en atelier afin d’échanger sur les documents proposés par le comité d’organisation.

Edwige Ouoba

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page