Burkina Faso : 25 jeunes filles se forment en politique pour plus d’engagement

Le Mouvement Citoyen FEMIN-IN a lancé officiellement, le samedi 17 février 2024, un incubateur politique de jeunes filles et femmes, à Ouagadougou. L’objectif principal de cet incubateur politique est de favoriser une participation politique accrue des jeunes filles et femmes et de combler le fossé genre en politique.

Bénédicte Baïlou, Directrice exécutive du Mouvement Citoyen FEMIN-IN, a expliqué qu’il est important de mettre en place cet incubateur, car il est reproché aux jeunes femmes, leur manque de formation et compétence en politique.

Pour combler ce manque de formation, cette insuffisance de formation, on a voulu mettre en place un incubateur pour leur apporter toutes les connaissances et toutes les compétences nécessaires, pour pouvoir avoir une carrière politique performante et impactante”, a-t-elle déclaré.

Selon Lynda Traoré, chargée de programmes du Mouvement Citoyen FEMIN-IN, la représentation des femmes aux postes de décision demeure en deçà de la moyenne régionale pour l’Afrique Subsaharienne.

De son avis, représentant 52 % de la population, selon le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH) de 2019, les femmes sont très peu présentes dans les postes politiques. En effet, le ratio de femmes dans le Gouvernement de transition est de  21,73 %  et à l’Assemblée Législative de Transition, il est de 16,9 % en 2023.

C’est pourquoi le Mouvement Citoyen FEMIN-IN a mis en place cet incubateur politique de jeunes filles et femmes, dans le but de renforcer les capacités des jeunes filles et jeunes femmes au Burkina Faso, pour une meilleure participation en politique.

Martine Yabré, marraine de cette cohorte, a rassuré ses filleules qu’elles sont sur la bonne voie. “Quand on s’engage pour faire de la politique, ça veut dire qu’on a décidé de participer à la gestion de la cité”, a-t-elle déclaré en ajoutant que cette gestion peut se faire dans la société civile, un cadre non partisan, ou dans un parti politique dont la visée est le pouvoir politique.

Bénédicte Baïlou, Directrice exécutive du Mouvement Citoyen FEMIN-IN (micro) – © Faso7

Cette première cohorte, composée de 25 jeunes filles et femmes, sera formée sur une période de six mois, suivie d’un mentorat de six mois avant d’obtenir un suivi sur le terrain.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page