[Direct] – Burkina Faso : Meeting de soutien à la Transition

Un meeting de soutien à la Transition et plus particulièrement au Capitaine Ibrahim Traoré se tient ce 17 février 2024 au Palais des Sports de Ouaga 2000 à Ouagadougou. Plusieurs organisations de la société civile telle que la Coordination nationale de la veille citoyenne patriotique et des chefs coutumiers ont répondu présent à l’appel.

  • « Nous ne sommes pas venus ici en tant que religieux, mais comme des enfants de ce pays. Nous avons laissé la religion derrière en venant et en repartant, nous allons la récupérer […] Nous sommes venus soutenir le Président du Faso et tous ses collaborateurs » a indiqué, peu avant 11h, Abdallah Ouédraogo, Iman de la grande mosquée de Ouagadougou.
  • Après plusieurs heures d’attente, le capitaine Ibrahim Traoré fait enfin son entrée au Palais des sports de Ouaga 2000 à 11h sous les applaudissements nourris par des participants au meeting. Il est accompagné d’une délégation gouvernementale et par le président de l’Assemblée Législative de Transition (ALT), Ousmane Bougouma. La cérémonie a débuté après l’hymne nationale chantée en chœur par tous.

Suivez le direct ⤵

Quelques extraits du discours du Capitaine Ibrahim Traoré

 

  • « Nous lançons un appel à tous les peuples de l’AES pour qu’ils restent unis et solidaires. Toute souffrance a une fin. La lutte que nous avons engagée est dure. Mais il faut rester la tête sur les épaules, parce que l’arme fatale de l’impérialisme reste la manipulation à travers la communication. Sachez reconnaître les valets locaux, sachez reconnaître les esclaves de salon ».
  • « Nous pouvons avoir cette indépendance tant sur le plan alimentaire que sur le plan industriel. C’est possible et nous sommes lancés sur ce chemin. Donc, les propos qui tendent à vous faire peur, à semer la panique, il faut s’en départir. On se mettra au travail et nous allons y arriver ».
  • « Dans les jours à venir, les mois à venir, ce que vous allez voir venir au Burkina Faso doit faire de notre armée une puissance à craindre ».
  • « Je vous dis et je vous le répète. Tout pousse au Burkina Faso. On nous avait menti. Il n’y a pas à s’inquiéter. Plusieurs projets sont en cours pour 2024 ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page