Effondrement d’une dalle à l’Université Norbert Zongo : L’entreprise responsable des travaux condamnée par la justice

Le Tribunal de grande instance de Koudougou a rendu son verdict ce mercredi 10 janvier 2024 dans le procès lié à l’effondrement d’une dalle d’un bâtiment en construction à l’Université Norbert Zongo (UNZ), survenu le 31 août 2021, causant la mort de quatre personnes, dont trois étudiants.

L’entreprise Suzy Construction, responsable des travaux, ainsi que des sociétés partenaires et des individus impliqués sur le chantier, ont été reconnues coupables et condamnées à des peines variées, selon nos confrères de l’Agence d’information du Burkina (AIB).

Reconnus coupables d’homicide involontaire et de blessures involontaires, Suzy Construction et Sata Afrique ont écopé d’une amende ferme de 2 000 000 F CFA chacune, tandis que Bureau Veritas a été condamnée à une amende ferme de 1 500 000 F CFA.

Les entreprises Suzy Construction, Bin Sammar CO, Sata Afrique, et Bureau Veritas sont également tenues solidairement de verser 5 000 000 F CFA à Stéphane Abdoul Bassirou Nonkané en réparation des dommages et intérêts. Les ayants-droits d’Ivon Agbo, ressortissant du Bénin, recevront quant à eux la somme de 10 000 000 F CFA.

En ce qui concerne les autres victimes, les familles de Serge Alexandre Kaboré, Baba Ibrahim Compaoré et Mouniratou Nana recevront respectivement 6 000 000 F, 7 000 000 F et 8 000 000 F CFA.

6 personnes physiques condamnées

Les personnes impliquées à divers niveaux dans la gestion du chantier ont également été reconnues coupables d’homicide involontaire et de blessures involontaires. Les peines varient entre 12 et 18 mois de prison assorties de sursis, ainsi qu’une amende ferme de 500 000 F CFA chacun.

Les condamnés à 12 mois avec sursis sont Abdoulaye Somdakouma, le directeur des travaux ; Sébastien Bayala, le conducteur des travaux ; Kanlié Cyrille Lompo, le représentant du contrôleur technique.

Ceux qui ont reçu une peine d’emprisonnement de 18 mois avec sursis sont Abdoul Aziz Korogo, chef de chantier ; Gildas Fernand Golman De Souza, le chef de la mission de contrôle ; Domahoun Ephrem, le contrôleur à pied d’œuvre du bâtiment sinistré.

L’État et l’Université ont été blanchis

Le tribunal a souligné que l’État burkinabè et l’Université Norbert Zongo de Koudougou ne sont pas impliqués dans cette affaire, rejetant ainsi la demande de condamnation solidaire avec les prévenus au paiement des dommages et intérêts.

Le Laboratoire national du bâtiment et des travaux publics, ainsi que les individus Apéou Gérard Abavri et Paulette Patricia Zeideh, ont été renvoyés des fins de la poursuite pour homicide involontaire et blessures involontaires en raison d’infractions non constituées.

Cette décision du tribunal vient conclure un procès qui a cherché à établir la responsabilité des différentes parties impliquées dans l’effondrement tragique à l’Université Norbert Zongo, offrant ainsi une forme de justice pour les victimes et leurs familles.

Josué TIENDREBEOGO 

Faso7 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page