Port du casque au Burkina Faso : La sensibilisation se poursuivra jusqu’en 2024 avant la répression

Réunis en plénière le mardi 5 décembre 2023, les députés burkinabè ont échangé autour de la question orale relative aux mesures à prendre pour une application effective des décrets portant obligation d’intégrer le casque aux équipements d’accompagnement des véhicules motorisés à deux roues lors de la vente et celles portant obligation du port du casque lors de la conduite à moto au Burkina Faso.

En réponse à la question orale de la députée Assita Bénédicte Françoise Romaine Bailou, le ministre en charge des transports, Roland Somda, a listé les actions mises en œuvre par son département pour le port du casque par les utilisateurs des engins à 2 et 3 roues.

Ces actions sont, entre autres, l’adoption des textes, les sensibilisations et les formations, la tenue de la Semaine de la sécurité routière en août 2023 à Bobo-Dioulasso et la Journée nationale de sensibilisation sur la sécurité routière le 15 novembre 2023 à Boromo.

Par ailleurs, son département a élaboré un programme d’actions pour le port intégral du casque à l’horizon 2024.  

En ce qui concerne l’obligation faite à tout commerçant vendeur de cyclomoteurs, de vélomoteurs et de motocyclettes d’intégrer le casque de protection agréé par l’administration aux équipements d’accompagnement de ces véhicules lors de l’opération de vente, le ministre a informé que son département poursuit ses actions de concertation, d’information et de sensibilisation.

« Les vendeurs de cycles sollicitent une subvention de l’Etat pour l’achat des casques. A notre avis, cette requête n’est pas fondée en raison du fait que le prix de vente d’un cyclomoteur, incluant l’ensemble de ses dispositifs d’accompagnement dont le casque, est fixé librement par les acteurs », a-t-il déclaré.

"Les vendeurs de cycles sollicitent une subvention de l'Etat pour l'achat des casques", Roland Somda, ministre des transports.
 « Les vendeurs de cycles sollicitent une subvention de l’Etat pour l’achat des casques », Roland Somda, ministre des transports.

Roland Somda a ainsi informé que son département entend poursuivre la sensibilisation jusqu’en 2024 avant de passer à la répression. 

Au terme de ces exposés, des députés ont suggéré l’application des textes encadrant le domaine. D’autres ont aussi appelé à contrôler la qualité des casques vendus sur le marché. Sur cette préoccupation, le ministre des transports a informé que son département travaille à asseoir les règles pour l’homologation des casques.

En rappel, en 2022, 24 686 accidents ont été enregistrés avec 15 000 blessés et 1 150 morts au Burkina Faso. Avec les actions de sensibilisation, ces chiffres ont connu une baisse au premier semestre de 2023. Ainsi, en 2023, il a été dénombré 11 517 cas d’accidents avec 7 300 blessés et 471 morts, selon le  ministre des transports, Roland Somda.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Il était vraiment temps de rendre cela officiellement obligatoire. Le casque sauve en cas d’accident.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page