Festival ciné droit libre : La 17e édition se tiendra du 9 au 16 décembre 2023

Le comité d’organisation du Festival ciné droit libre a annoncé ce samedi 2 décembre 2023, les couleurs de la 17e édition du festival de film sur les droits et libertés d’expression. « Corruption, le nouveau terrorisme ? », c’est sous ce thème que va se tenir ce festival du 9 au 16 décembre 2023 à Ouagadougou.

À cette 17e édition du Festival ciné droit libre, il sera question de mettre à nu les rapports qui existent entre la corruption et le terrorisme. À en croire les organisateurs, ce thème offre une opportunité unique d’explorer les liens complexes entre la corruption endémique et le fléau du terrorisme qui touche durement le Burkina Faso.

Selon le coordinateur du festival, Abdoulaye Diallo, au-delà de la question de la corruption, ce festival va également explorer d’autres questions brûlantes comme les violences basées sur le genre, les droits de l’enfant, les droits des migrants, la démocratie et la liberté d’expression.

« C’est un festival qui se positionne comme un acteur engagé dans la lutte contre la corruption. Il va également explorer d’autres questions brûlantes telles que les violences basées sur le genre, les droits de l’enfant, les droits des migrants, la démocratie et la liberté d’expression », a-t-il dit.

Ce festival est aussi un cadre de partage d’expérience, de dialogue et d’apport de solutions aux différentes problématiques du moment. Pour Smockey, artiste musicien et l’un des animateurs des projections-débats inscrits dans le programme de la 17e édition du festival ciné droit libre, ce festival est l’occasion de renforcer les liens entre tous les acteurs du 7e art et leur public.

« Je crois qu’il en manque souvent ce type de festival parce que les festivals pour la plupart s’intéressent très souvent aux questions ludiques. C’est le premier festival avec lequel on a rencontré de grands personnages dans toutes les catégories confondues. C’est un festival où on peut échanger et partager les expériences et aussi où on peut tenter de toucher le bout du monde »,  a-t-il laissé entendre.

Comme programme de cette édition, il faut noter qu’il y aura la célébration de la Journée Internationale des Droits de l’Homme, une table ronde, un forum sur le terrorisme et la corruption et un dialogue démocratique sur le panafricanisme et l’héritage laissé par l’ancien président Thomas Sankara.

Carole Marie SAWADOGO (stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page