Déstabilisation de la Transition : La France pointée du doigt par le Premier ministre burkinabè

Face aux membres de l’Assemblée législative de transition ce vendredi 1er décembre 2023 pour son discours sur la Situation de la Nation, le Premier ministre Me Apollinaire Kyélem de Tambèla est revenu sur la question de la démocratie. Selon ses propos, « certains partenaires veulent imposer pour toujours, une forme de démocratie qui véhicule leurs cultures et leurs valeurs sociales souvent en déperdition ».

Un exposé qui a débuté sur les origines de la démocratie, c’est ce que le Premier ministre a offert aux membres de l’Assemblée législative de transition lors de son discours sur la situation de nation. Selon ses propos, « la démocratie à l’Occidentale est née à Athènes ».

Pour le Premier ministre, il faut adapter cette démocratie aux réalités de chaque société pour qu’elle réponde aux attentes des populations. « L’arrogance de certains dirigeants occidentaux qui consiste à vouloir imposer leur modèle trouve sa limite là où s’élève la volonté du peuple enfin conscient de son rôle historique », a-t-il fait savoir.

Pour le Premier ministre, «  les plus grands crimes ont été commis par les prétendues démocraties occidentales ». Sur cette base, il estime que ces puissances occidentales ne sont pas habilitées à donner des leçons sur la démocratie. « Récemment encore, des coups d’État contre le régime de la Transition du Burkina ont été commandités par le Gouvernement français », a-t-il martelé.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page