Niger : Un ancien conseiller de Bazoum en grève de la respiration entrecoupée

Détenu avec quelques membres de sa famille depuis sa chute du pouvoir suite au coup d’Etat perpétré par le Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP), le 26 juillet 2023, les initiatives entreprises par l’ancien président nigérien, Mohamed Bazoum, pour obtenir sa libération, ont jusque-là été vaines.

La procédure judiciaire entamée par ses avocats n’a pas encore porté fruits. Sa présumée tentative d’évasion, selon le nouveau pouvoir en place, fut également un échec.

Désormais, Mohamed Bazoum peut compter sur le soutien de l’un de ses ex collaborateurs, Intinicar Alhassane, qui a décidé de lui rester fidèle. Mieux, au nom de la loyauté, l’ancien conseiller de Mohamed Bazoum multiplie les initiatives pour la libération de son ancien patron. Parmi ses initiatives, celle entreprise depuis le 5 novembre 2023 est atypique, où disons, est nouveau pour les Nigériens. Il s’agit de la grève de la respiration entrecoupée.

« J’ai appelé à une grève de respiration entrecoupée pour demander la libération de son excellence Bazoum et de sa famille et sa réinstallation sur son fauteuil présidentiel. La respiration entrecoupée, c’est de 8 heures à 18 heures », explique le conseiller.

Pour mieux faire connaître cette méthode de protestation, l’homme fait une démonstration dans la vidéo publiée sur la page Facebook du média DW Afrique, le 24 novembre 2023. Il fait une longue inspiration, puis une expiration. L’exercice est répété plusieurs fois.

En plus de la grève de la respiration entrecoupée, Intinicar Alhassane dit avoir également initié une grève des casseroles qui consiste à faire du bruit pendant la nuit avec des casseroles. Pour lui, c’est la seule façon de manifester au regard du contexte.

« Aujourd’hui, si on manifeste dans les rues, ils vont nous fusiller. Ils vont nous tabasser. C’est une manière de transmettre notre message à l’opinion nationale et internationale, et même au général Tiani », précise l’ancien conseiller de Mohamed Bazoum.  

Faut noter que quelques semaines après son éviction du pouvoir, le CNSP avec à sa tête le Général Tiani, a annoncé à travers un communiqué, que l’ancien président Mohamed Bazoum sera poursuivi pour « haute trahison et atteinte à la sûreté intérieure et extérieure du Niger ».

Dans le même communiqué publié le 14 août, le CNSP assurait que Mohamed Bazoum disposait toujours de ses moyens de communication et était suivi régulièrement par son médecin.

Amadou ZEBA

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page