SITARAIL : Le syndicat des agents dénonce le blocus imposé par les commerçants

La voie ferrée fait l’objet d’un blocus depuis le 21 novembre 2023. Les agents de la SITARAIL, au cours d’une conférence de presse animée ce 25 novembre 2023 à la gare ferroviaire, ont dénoncé cette situation. Pour les agents, ce blocus dont les initiateurs sont les commerçants de la SITARAIL pour exiger la reprise du train voyageur, menace leurs emplois, mais aussi l’économie du Burkina Faso. Pour cela, ils réclament l’intervention des autorités compétentes pour la levée du blocus.

Halidou Zallé, porte-parole des travailleurs de la SITARAIL, a fait savoir que cette perturbation de l’activité ferroviaire est inquiétante pour les travailleurs du chemin de fer. Ils risquent le chômage technique si rien n’est fait.

« 1 500 cheminots risquent de se retrouver au chômage technique. Plus de 3 000 personnes dont l’activité dépend de l’activité ferroviaire se retrouveront sans emploi si le train ne circule plus. La survie de plus de 25 000 personnes vivant de l’activité ferroviaire est également menacée. Si le train roule, nous sommes payés. Si le train ne roule pas, nous n’avons rien », a dit Halidou Zallé.

Plus loin, il ajoute que le blocage de la voie ferrée, si elle perdure, aura des conséquences sur l’économie burkinabè. Faut-il le rappeler, dit-il, le train transporte de très grandes quantités d’huile, de riz et de pâtes alimentaires.

« Si la situation de blocage des trains de marchandise continue, une pénurie ou une inflation de produits alimentaires, pharmaceutiques et d’hydrocarbures sera inévitable », a-t-il soutenu.

Pour le porte-parole des conférenciers, le blocus imposé au train est l’œuvre de certaines personnes en quête de gains personnels.  « Nous (agents de la SITARAIL, NDRL) dénonçons et condamnons fermement ce blocage de la voie ferrée qui n’est autre que l’œuvre de quelques individus à la recherche de leurs intérêts personnels ; sollicitons I ‘intervention des autorités compétentes pour mettre fin à cette anarchie et permettre la continuité de l’approvisionnement de notre pays », a soutenu Halidou Zallé.

Selon les agents de la SITARAIL, une tentative de médiation a été entamée pour trouver une solution, mais les manifestants n’ont pas été à l’écoute.

La réclamation des commerçants, notamment la reprise du train voyageur est légitime, estiment les agents. Cependant, cette réclamation ne devrait pas se faire au détriment des agents de la SITARAIL, de la population burkinabé voire de la bonne santé de l’économie burkinabé. Ils appellent les manifestants à la table de négociation pour une sortie de crise dans les plus brefs délais.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page