Retour de la paix au Burkina Faso : Les cadres musulmans réfléchissent sur leur rôle à jouer au cours de la ReCaM

Le Cercle d’études, de recherche et de formation islamique (CERFI) organise la 1re édition de la Rencontre des cadres musulmans (ReCaM) du 7 au 8 octobre 2023 dans la Salle des conférences de Ouaga 2000. Cette activité se tient sous le thème : « Communauté islamique du Burkina Faso et grands défis de la nation : quelle contribution des cadres musulmans ? ».

Lors de cette réunion, les près de 200 cadres musulmans issus des différentes régions du Burkina Faso vont assister à des discussions sur des thèmes tels que l’extrémisme, la radicalisation et le terrorisme dans le pays, en se demandant comment ils pourront contribuer au retour de la paix.

©Faso7

Ils vont également examiner la manière dont ils pourront jouer un rôle dans l’amélioration de l’organisation de la Communauté Islamique du Burkina Faso et dans la promotion de la réconciliation, de la cohésion sociale et d’une gouvernance exemplaire pour le bien-être de leur société.

Hamidou Yaméogo, président du CERFI, a fait comprendre que les solutions opérationnelles qui vont germer au cours de ces 48 heures de travaux seront reversées soit à la Fédération des Associations Islamiques du Burkina (FAIB), soit au ministère de tutelle.

« En tant que croyants, nous sommes les serviteurs de l’humanité. Nous sommes au service du bien-être collectif. Conscients de cette responsabilité devant Dieu et devant les Hommes, le CERFI a décidé d’apporter sa pierre à la résolution des grands maux de notre pays en faisant appel aux cadres musulmans dans leur diversité », a-t-il déclaré.

Cette édition de la ReCaM est organisée sous l’autorité spirituelle de la Fédération des Associations Islamiques du Burkina (FAIB). El Hadji Oumarou Zoungrana, président du présidium de la FAIB, a indiqué que cette initiative est la bienvenue, compte tenu du contexte sécuritaire difficile au Burkina Faso. Pour lui, c’est l’occasion pour le monde musulman au Burkina Faso de condamner les actes terroristes et d’exprimer leurs encouragements aux Forces combattantes patriotiques.

« Le musulman se doit plus que jamais de s’intéresser à la marche de sa Nation. Qui mieux que les cadres musulmans pour mener la réflexion sur la contribution des musulmans à la résolution des maux auxquels notre pays est actuellement confronté », a-t-il laissé entendre.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page