Le Général Barthélémy Simporé décline les missions du Centre National d’Études Stratégiques du Burkina Faso

Les responsables du Centre National d’Études Stratégiques du Burkina Faso (CNES-BF) ont organisé une session de restitution des études socles réalisées au dernier trimestre de l’an 2022. La rencontre a eu lieu ce 30 mars 2023 au QG du département chargé de la Défense nationale.

À l’entame de l’activité, le Général Barthélémy Simporé, Directeur du CNES-BF a indiqué que lors des trois derniers mois de l’année 2022, son organisation a effectué cinq études, respectivement sur les dynamiques du militantisme des groupes armés terroristes ; sur la géopolitique des drones dans l’espace Ouest-africain ; sur la présence des forces étrangères en Afrique ; sur l’implication des populations à la guerre et sur la coopération sécuritaire dans le cadre d’organisations telles que la CEDEAO ou le G5 Sahel.

« Nous sommes sous l’Autorité directe du Chef de l’Etat. C’est à lui que nous allons donc transmettre ces études pour voir quelle exploitation à faire. Mais il est bon de partager cela avec nos partenaires pour avoir aussi leur regard sur ces études, pour que nous puissions finaliser ces études et les transmettre à l’autorité », a indiqué Barthélémy Simporé.

Le Directeur du CNES BF a profité de l’occasion pour présenter son organisation. Il a fait savoir que le CNES-BF a été créé le 27 février 2020, avec pour mission de soutenir la politique et la stratégie de sécurité nationale.

Par la suite, le Général Barthélémy Simporé a évoqué trois périodes principales qui ont prévalu à la création du CNES-BF, à savoir l’an 2012 qui a connu l’amplification de la menace terrorise dans le Sahel ; l’an 2014 avec la Chute du régime de Blaise Compaoré, point de départ de l’impact grandissant de la société civile sur la gouvernance, et l’an 2015 marqué par l’émergence de la menace terroriste au Burkina Faso. À son avis, tout cela est arrivé à cause de la faiblesse d’anticipation stratégique de l’Etat burkinabè dans la gouvernance sécuritaire, par rapport à la dynamique du monde. Il convient donc de construire une doctrine stratégique nationale et rompre avec le mode de fonctionnement calqué sur l’occident, selon lui.

 « Les missions du centre, c’est de soutenir la politique et la stratégie de sécurité nationale par le développement de capacité nationale autonome d’analyse, d’anticipation stratégique, de prévention et de gestion de crises et de situations conflictuelles. Pour cela, nous avons pour vocation à être au plan national à la fois un puissant catalyseur de la réflexion ; une plate-forme de construction d’une pensée stratégique nationale (…) ; un centre d’excellence de la formation au leadership stratégique ; un outil d’aide à la décision », laissé entendre le Directeur.

En perspective, le Général Barthélémy Simporé a annoncé que l’une des priorités du CNES BF au cours de l’année 2023, c’est de maîtriser l’environnement interétatique du Burkina Faso, à commencer par son environnement sous régional. « Avoir une expertise très affinée sur chacun des pays sur toutes les dynamiques qui se passent dans notre contexte ; ce sera notre mission au cours de cette année »,a-t-il laissé entendre.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page