Burkina Faso : Plus de 12,6 milliards FCFA mobilisés pour la campagne agropastorale de saison sèche 2022-2023

Le ministre d’Etat, de la Fonction publique, du Travail et de la Protection Sociale, Bassolma Bazié, a procédé ce jeudi 24 novembre 2022, à Sabou, dans la région du Centre-Ouest, au lancement officiel des campagnes agricoles de saison sèche et de vaccination contre les maladies animales 2022-2023. Plus de 12,6 milliards de F CFA ont été mobilisés pour la réussite de cette campagne.

« Intensification de l’agriculture irriguée et protection sanitaire du cheptel : une nécessité pour le renforcement de la résilience des agropasteurs dans un contexte de défi sécuritaire », c’est sous ce thème que s’est tenu le lancement des campagnes agricoles de saison sèche et vaccination contre la Péripneumonie contagieuse bovine (PPCB), la maladie de Newcasle (MNC), la peste des petits ruminants (PPR) et la variole aviaire.

« Nous disposons encore de certaines forces sur lesquelles nous pouvons nous appuyer pour assurer l’accès à une alimentation saine et suffisante de nos populations », a indiqué Bassolma Bazié, représentant le président de la Transition, le Capitaine Ibrahim Traoré.

Selon Bassolma Bazié, 10 624 603 326 F CFA ont été mobilisés pour la campagne agricole de saison sèche et 2 036 782 340 F CFA pour la vaccination animale. Pour lui, cela permettra de dynamiser l’agriculture irriguée et de renforcer la santé du cheptel.

Des dispositions prises pour lutter contre les maladies animales

A l’écouter, il est attendu à terme de cette campagne, l’accroissement d’au moins 50% de la productivité des périmètres irrigués ; la production de 65 280 tonnes de céréales de maïs et de riz ; la production de 109 948 tonnes de produits maraîchers que sont la tomate, l’oignon et les pommes de terre ; la vaccination de 32 000 000 volailles ; de 6 500 00 bovins ; 14 000 000 petits ruminants ainsi que bien d’autres.

« A travers cette opération, il est recherché de dynamiser l’agriculture irriguée en vue de contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle de la population. (…) En ce qui nous concerne, nous prendrons les dispositions afin que les couvertures contre ces maladies connaissent une amélioration conséquente », a-t-il fait savoir.

Les PDI recevront gracieusement les intrants agricoles

De son côté, le ministre de l’Agriculture, des Ressources Animales et Halieutiques, le Dr Dénis Ouedraogo, a tenu à rassurer que les personnes déplacées internes (PDI) installées sur les sites de production recevront de façon « gracieuse » les intrants agricoles. Pour cela, il est prévu un plan opérationnel pour mobiliser de la ressource eau en faisant des forages à haut débit variant entre 60 et 80 m3 par heure. « Conscient de cette urgence de la nécessité d’assurer la disponibilité de l’eau, il y a des fermes qui sont prévues. Et nous voulons aussi faire des forages. Nous allons certainement revoir la façon de faire pour aller à une profondeur plus importante », s’est-il exprimé.

Pour cette campagne, l’Union national des producteurs semenciers du Burkina (UNPSB) compte soutenir l’initiative du gouvernement en mettant à sa disposition 50 tonnes de semences. « Nous sommes dans une logique d’appuyer un peu le gouvernement dans ses efforts. Et nous avons eu près de 50 tonnes de semences que nous allons mettre à la disposition de l’Etat pour soutenir la production », a laissé entendre Inoussa Ouédraogo, le président de l’UNPSB.

Il faut noter qu’au cours cette activité, plusieurs personnes intervenant dans le domaine de l’agriculture et du pastoral ont été primés. Elles ont reçu ainsi plusieurs lots composés d’intrants agricoles et de matériels d’élevage.

Lazard KOLA

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page