Lutte contre le terrorisme au Sahel : Le Burkina Faso plaide pour un financement endogène de la Force multinationale de l’Initiative d’Accra

550 millions de dollars pour mettre en orbite la Force multinationale conjointe de l’Initiative d’Accra. Dotée d’un contingent de 10 000 soldats de 7 nationalités, elle vise à apporter sa contribution dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. Le sommet consacré au sujet s’est ouvert à Accra au Ghana le 22 novembre 2022. Le Burkina Faso, représenté par le Premier ministre Me Apollinaire Kyélem de Tambèla, plaide pour un « financement endogène » de cette force antiterroriste transfrontalière. 

Lors du sommet sur l’initiative d’Accra, les pays membres, le Ghana, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Togo, le Burkina Faso (le Mali était absent au Ghana) ont décidé de lever un contingent multinational de 10 000 hommes de sept nationalités, selon la RTB. Cette force aura son siège à Tamalé au Ghana et le renseignement à Ouagadougou au Burkina Faso.

Compter sur ses propres forces

Il lui faudra toutefois un budget de 550 millions de dollars pour démarrer. Des bailleurs de fonds, notamment l’Union européenne, la CEDEAO, l’Union africaine, la Grande Bretagne se sont déjà manifestés. Mais le Burkina Faso est plutôt enclin à un financement « endogène » et il l’a exprimé. « En prélevant par exemple rien qu’une petite somme sur chaque kilogramme de café vendu, de cacao vendu, de coton vendu, de lingot d’or extrait, nous pouvons réunir les fonds nécessaires pour soutenir cette initiative, pour la paix et le développement dans la sous-région », a déclaré  le Premier ministre Me Apollinaire Kyélem de Tambèla, selon la RTB.

« Le Pays des Hommes intègres » a aussi averti qu’il quitterait l’Initiative s’il n’y avait pas de résultats concrets.  « J’ai fait comprendre que si cette initiative ne donnait pas de résultats concrets, le Burkina Faso se réservait le droit de se retirer de cette initiative, parce que nous ne sommes pas pour des réunions et des sommets sans fin, qui tournent en boucle,   qui ne produisent pas de résultats », a déclaré le locataire de la Primature.

A noter que le Nigeria est membre observateur de l’Initiative et veut apporter sa contribution à la force multinationale. « Le Nigeria s’est dit disposé à accompagner cette force conjointe en appui aérien et logistique. Les autres pays ont compris que si le terrorisme n’est pas vaincu au Burkina Faso, il va s’étendre sur les pays limitrophes du Burkina Faso », a commenté le Premier ministre burkinabè, qui a déclaré en fin de semaine dernière porter le projet d’un Etat fédéral en Afrique de l’Ouest.

En rappel, la force multinationale conjointe de l’initiative d’Accra  est une solution endogène portée par le Burkina Faso et six de ses pays voisins pour lutter contre le terrorisme.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page