Abdoulaye Tall : «Aujourd’hui, pour le peuple burkinabè, je ne crois pas que quelque chose soit vraiment abordable»

Le ministre en charge du commerce Abdoulaye Tall a donné le top départ pour l’opération de contrôle des prix des fournitures scolaires à l’occasion de la rentrée scolaire. L’opération a débuté ce vendredi 16 septembre 2022 à Ouagadougou.

Dans le souci de réguler les prix des fournitures en cette période de rentrée scolaire, le ministre en charge du commerce, Abdoulaye Tall, s’est rendu sur le terrain afin de faire des constatations sur les prix proposés pour les différends articles. Cette opération vise à prévenir une augmentation anormale des prix au regard de la demande élevée.

« Comme vous le savez, nous sommes à la veille de la rentrée scolaire et la vie est suffisamment difficile pour le peuple burkinabè notamment avec le taux d’inflation qu’on connaît. Aujourd’hui, avec l’approche de la rentrée, le principal défi pour chaque père de famille, c’est d’inscrire son enfant et de lui trouver des fournitures. Ce qui fait que la demande en fourniture scolaire va augmenter. Nous sommes donc sortis pour vérifier les prix », a-t-il indiqué.

«  Ce qu’il faut aussi retenir, comme ce sont des matières importées,  il n’est pas facile pour l’État de fixer les prix, sauf s’il faut subventionner. C’est aussi difficile de fixer les prix (…) 

Des prix abordables pour les parents, ça c’est difficile. Aujourd’hui, pour le peuple burkinabè, je ne crois pas que quelque chose soit vraiment abordable. Ce qu’on fait, c’est de limiter les difficultés (…)

Notre objectif, c’est de faire en sorte que l’effort des parents soit raisonnable et contrôlé. Que les prix ne soient pas à la merci des différents acteurs »,

Abdoulaye Tall, ministre en charge du commerce

Abdoulaye Tall et ses collaborateurs entendent empêcher une flambée des prix des fournitures scolaires. Et pour y arriver, ils estiment que la meilleur solution reste le contrôle des prix.

« Comme on le sait, lorsque la demande augmente et il n’y a pas de contrôle, la tentation d’une hausse anormale du prix est grande. C’est pour cela que nous allons effectuer les contrôles. Nos équipes seront sur le terrain à partir d’aujourd’hui pour pouvoir contrôler les importateurs, les grossistes, les demi-grossistes et les détaillants », a déclaré Abdoulaye Tall.

Un plafond a été défini par la loi par rapport aux prix fixés. « Il y a une marge maximale définie par la loi pour les différents acteurs. Il y a une marge globale pour toute la chaîne et c’est cette marge que nous allons contrôler », a expliqué le ministre du commerce. Toutefois, des sanctions seront prises contre ceux qui iront à l’encontre des textes en vigueur, à en croire les propos du ministre.

Régis Tertus KABORE (Stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page