Recherche de la paix : L’association Les Chantres de la paix outille ses membres et ses partenaires

Afin d’apporter sa pierre dans la construction d’un Burkina de paix, l’association Les Chantres de la paix en collaboration avec le mouvement Peace Voice a initié une session de formation à l’endroit de ses partenaires que sont les personnels du monde éducatif et les acteurs de l’association. L’objectif recherché est celui d’inculquer une éducation à la recherche de la paix aux participants. L’atelier s’est ouvert ce jeudi 25 août 2022 à Ouagadougou.

Ils sont une cinquantaine de participants à prendre part à la session de formation organisée par Les chantres de la Paix. Une formation voulue pour renforcer les capacités des acteurs du monde éducatif dans la recherche de la paix. À leur tour, ces acteurs devront répercuter les connaissances reçues aux enfants. Peace Voice entend militer alors pour une « éducation de qualité et utile » pour les enfants.

Une cinquantaine de participants vont être outiller sur la quête de la paix © Faso7

Selon Ghislain Yaméogo, le président de l’association, la situation d’insécurité dans laquelle le Burkina Faso se trouve nécessite de repenser l’éducation des enfants afin de leur inculquer des notions de la quête de la paix. « Notre pays traverse une situation difficile qui n’est pas sans effet sur l’éducation de nos enfants. Il est donc important de renforcer les capacités de toutes les personnes qui interviennent dans l’éducation des enfants », a-t-il laissé entendre.

De son côté, le Père Barwendé Médard Sané, le chargé de mission pour l’Afrique de l’Institute of Nonviolence and Social Justice de l’USF en Californie, par ailleurs formateur, a laissé entendre que la situation du Burkina Faso nécessite une prise de conscience. Pour la cinquantaine de participants, ce sont deux modules qui seront abordés. Il s’agit selon ses explications, d’un premier module sur les relations sociales et un second module sur la paix dans toutes ses dimensions.

Père Barwendé Médard Sané, chargé de mission pour l’Afrique de l’Institute of Nonviolence and Social Justice de l’USF © Faso7

« Nous avons une situation au Burkina qui en appelle à la résilience, à la solidarité et au patriotisme. Nous sommes des descendants d’ancêtres très très forts. Mais nous sommes descendus très bas. C’est le moment de montrer que nous sommes capables de rebondir. Et c’est pour cela que je suis là pour donner ma contribution à toutes ces personnes qui croient que le Burkina va se relever », a-t-il lancé.

Sur la capacité de la présente session de formation à impacter réellement la société, Père Barwendé Médard Sané a déclaré que c’est un « rôle fondamental » que l’atelier du jour va jouer. Pour lui, la cinquante de participants dispose déjà de base et la formation ne fera que renforcer leurs capacités. « Nous sommes convaincus que ça va les aider à pouvoir aider les enfants à comprendre que la situation ne doit pas être si traumatisante que les victimes deviennent des bourreaux plus tard », a-t-il dit.

Deux modules seront abordés avec le Père Marwendé Médard Sané © Faso7

La présente formation va se tenir en une journée. Si du côté de l’association Les Chantres de la paix, les responsables ambitionnent de tenir une autre session à l’endroit des parents, le formateur quant à lui, appelle à garder le contact pour approfondir la formation et faire du suivi sur le terrain.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page