Décentralisation financière : Le CCT-UEMOA restitue ses travaux de réactualisation sur son livre blanc à Ouagadougou

Le Conseil des Collectivités Territoriales de l’UEMOA (CCT-UEMOA) veut restituer l’étude d’actualisation de son livre blanc sur la décentralisation financière. Ses membres se sont réunis ce jeudi 25 août 2022 à Ouagadougou afin de réfléchir sur cette étude.

Le Conseil des Collectivités Territoriales de l’UEMOA a élaboré un livre blanc sur la décentralisation financière en 2014, avec l’accompagnement de la coopération française. Il avait pour objectif de dresser un état des lieux de la décentralisation financière dans l’espace UEMOA, état des lieux fait de données objectives (textes et chiffes) mais également de perceptions des principaux acteurs (notamment l’Etat, les élus locaux et la société civile). Huit ans après sa validation, les acteurs se sont réunis ce jeudi 25 août 2022, à Ouagadougou, afin de restituer l’étude d’actualisation de ce livre blanc.

Quelques participants de l’atelier de restitution de l’étude d’actualisation du livre blanc sur la décentralisation financière © Faso7

Selon Mohamed Anacko, président  du Conseil des Collectivités Territoriales (CCT-UEMOA), dans la dynamique d’initier des actions majeures basées sur les conclusions du livre blanc sur la décentralisation financière, les acteurs ont été confrontés à des difficultés notamment les évolutions sur le plan politico-institutionnel et des statistiques financières dans les Etats membres de l’Union. C’est pourquoi le CCT-UEMOA a engagé une étude sur l’actualisation du livre blanc sur la décentralisation financière, en vue de disposer de façon consensuelle, dans les Etats membres, des données actualisées.

« L’objectif de cet atelier est de partager  le rapport provisoire de l’étude d’actualisation du livre blanc sur la décentralisation financière avec les parties prenantes, faire des observations (…) et de le valider », a-t-il affirmé en soutenant que la décentralisation financière est un vecteur important dans la mise en œuvre de la décentralisation.

 Selon Mohamed Anacko, président  du Conseil des Collectivités Territoriales (CCT-UEMOA),les acteurs ont été confrontés à des difficultés © Faso7

La question du financement des collectivités du dressage des politiques publiques de développement reste cruciale selon Kamal Adjayi, président de la Commission Economique et Financière du CCT-UEMOA. Il a souligné que si les élus locaux ont plus de manœuvres, ils conduiront convenablement les aspirations des populations à la base. Le CCT-UEMOA ambitionne d’atteindre ainsi le taux de financement de 20 % du budget national envers les collectivités.

« Les exigences évoluent à travers le temps aujourd’hui. Nous sommes dans le défi de terrorisme et de contexte sécuritaire tendu dans la sous-région (…) et il y a plus de pression fiscale aussi au niveau des Etats. Les dépenses au niveau des Etats maintenant sont plus d’ordre sécuritaire donc c’était important pour nous de revoir, de mettre en balance toutes ces exigences, afin de formuler des recommandations qui peuvent être réalisées par les Etats », a-t-il expliqué.

Le CCT-UEMOA ambitionne atteindre ainsi  le taux de financement de 20% du budget nationale, selon Kamal Adjayi, président de la Commission Economique et Financière du CCT-UEMOA © Faso7

De 2014 à 2022, le livre blanc a permis la mise en place d’un mécanisme de financement des collectivités territoriales et l’élaboration d’une directive communautaire sur le financement de la décentralisation. « Dans cette directive communautaire, on veut amener les Etats à verser 20 % de leur budget aux collectivités territoriales comme ça se fait au Maroc où c’est 43 % de la taxe sur la valeur ajoutée et au Rwanda où c’est 45 % du budget de l’Etat qui est reversé directement aux collectivités territoriales sur la base d’un contrat de confiance entre l’Etat et les collectivités », a noté El Adj Malick Diop, personne ressource.

El Adj Malick Diop a affirmé que le livre blanc a permis la mise en place d’ un mécanisme de financement des collectivités territoriales © Faso7

Au cours de cet atelier de restitution, la cinquantaine de participants des pays de l’espace communautaire suivront des exposés/présentations et des sessions d’échanges en plénière. Il sera également un moment de production d’idées, de réflexion, de prise de décision et de recommandation qui s’appuiera sur le rapport provisoire élaboré par le consultant.

En rappel, le livre blanc se présente comme un support ou instrument de communication institutionnelle destiné à présenter une politique ou une situation telle qu’elle est et à partir de laquelle éventuellement des propositions sont faites pour lancer le débat.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page