Ressources en eau : Maminata Traoré visite des ouvrages réalisés dans le cadre du projet PMVEC dans le Ganzourgou

Ce 18 août 2022, la ministre en charge de l’Eau, Maminata Traoré s’est rendue dans la province du Ganzourgou, région du Plateau Central, pour visiter des ouvrages réalisés dans le cadre du projet de Mobilisation et de Valorisation des Eaux de Surface dans le Plateau Central (PMVEC).

Au cours de son déplacement, Maminata Traoré, la ministre en charge de l’Eau, est d’abord allée voir le barrage et le périmètre irrigué du village de Wéotenga Dawaka dans la province du Ganzourgou. Selon Boukary Compaoré, Coordonnateur du Projet de Mobilisation et de Valorisation des Eaux de Surface dans le Plateau Central (PMVEC), il s’agit d’une retenue d’eau d’un volume de 3 648 990 m3 avec un périmètre irrigué de 54 ha de surface dont 46 ha exploitables en saison sèche.

Par la suite, la ministre a visité le barrage et le périmètre irrigué de Pougma, un village situé entre les communes de Zorgho et de Boudri. Concernant ces deux infrastructures, Boukary Compaoré a indiqué qu’il s’agit d’une retenue d’eau pouvant contenir 1 613 038 m3 d’eau avec un périmètre irrigué de 41 ha de superficie dont 23 ha exploitables en saison sèche.

Boukary Compaoré, Coordonnateur du projet, ©Faso7

Notons que c’est en 2022 que les agriculteurs ont commencé à exploiter ces infrastructures, notamment par la production du riz, selon Boukary Compaoré. « Il y a eu la réception provisoire en juin (2022, ndlr) et la réception définitive va intervenir une année après », a-t-il ajouté.

Du matériel remis aux agriculteurs

Pour revenir à la visite de la ministre en charge de l’Eau, elle a aussi effectué des remises d’outils aux agriculteurs des deux sites pour l’exploitation post-agricole de leurs récoltes, conformément aux composantes du PMVEC. Il s’agit entre autres de batteuses, de décortiqueuses, de fours géants, de foyer brûleurs, de vanneuses. « Les femmes ont reçu des ustensiles pour faire leurs affaires parce qu’il y en a qui font le riz. On leur a donné du matériel qui va leur permettre donc de décortiquer le riz et de l’étuver », a expliqué la ministre.

La ministre a remis des outils pour l’exploitation post-agricole conformément aux composantes du PMVEC © Faso7

Maminata Traoré a également échangé avec les agriculteurs pour prendre connaissance de leurs préoccupations par rapport à ces infrastructures qui sont mises à leur disposition. C’est ainsi que Rasmané Ouédraogo, trésorier de la Coopérative Namalgueb-zanga de production de riz à Pougma, a plaidé auprès de la ministre pour un élargissement du périmètre irrigué afin que les agriculteurs autochtones puissent partager leurs parcelles de terre avec les déplacés internes de la localité ; pour la mise à disposition de tracteurs et pour l’aménagement d’un puits usé du village en château d’eau.

« Je suis assez satisfaite »

Le PMVEC est mis en œuvre dans le cadre de la stratégie nationale de développement durable de l’agriculture irriguée, issue du Programme national de développement économique et social (PNDES). Il bénéficie d’un financement de 13 282 000 000 FCFA milliards de FCFA dont 10 milliards de la part de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD).

En plus de Wéotenga Dawaka et Pougma, les mêmes actions du PMVEC seront mises en œuvre dans trois autres localités, selon le Coordonnateur du projet ©Faso7

Dans sa mise en œuvre, il est prévu la réalisation de retenues d’eau et de périmètres irrigués, la mise à disposition de matériels de traitement post-agricoles, de magasins de stockage, d’étangs et d’enclos piscicoles ainsi que de pistes d’accès aux différents sites et des forages au profit des populations bénéficiaires. « Je suis assez satisfaite. (…) C’est un projet à plusieurs composantes assez intéressantes qui contribuent réellement à l’amélioration des conditions de vie des populations », a déclaré la ministre chargée de l’Eau.

En dehors de Wéotenga Dawaka et Pougma, les mêmes actions du PMVEC seront mises en œuvre dans trois autres localités, selon son coordonnateur. Il s’agit notamment de deux autres villages de la province du Ganzourgou que sont Taba dans la commune de Méguet et Kogho dans la commune de Kouldisgou. Le troisième village bénéficiaire est Niou, chef-lieu de la province de Kourwéogo.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page