32e Journées Nationales de la Qualité : L’ABMAQ et l’ABNORM initient des réflexions pour l’amélioration de la qualité des services publics

Les 32e journées nationales de la Qualité (JNQ) ont débuté ce 28 juillet 2022 à Ouagadougou. Placées sous la présidence du ministre en charge du commerce et la co-présidence du ministre en charge de la Fonction publique, ces 32e journées se tiennent sous le thème, « L’amélioration de la qualité de service et de la performance dans l’administration publique : enjeux et perspectives » et vont durer 48 heures.

Organisées chaque année grâce à une synergie d’action de l’Association Burkinabè pour le Management de la Qualité (ABMAQ) et l’Agence Burkinabè de Normalisation, de la Métrologie et de la Qualité (ABNORM), l’objectif fondamental des journées nationales de la qualité est d’échanger avec les acteurs de l’économie nationale sur l’apport de la qualité pour une bonne performance des services publics.

Les ministres Bassolma Bazié et Abdoulaye Tall ont co-présidés cette 32e édition des Journées Nationales de la Qualité © Faso7

Pour le ministre en charge du commerce, Abdoulaye Tall, le thème de ces 32e journées est justifié, car, selon lui, « même si les acteurs économiques nationaux font preuve d’une grande résilience et indépendamment des dispositifs institutionnels existants, ils doivent continuer à bénéficier des meilleures pratiques de production et de gestion au sein des services publics, notamment à travers l’implémentation des méthodes, outils et techniques de la qualité et de la productivité ».

Bassolma Bazié (à droite) et Abdoulaye Tall (à gauche) ont coupé ensemble le ruban pour marquer officiellement le début des Journées Nationales de la Qualité 2022 © Faso7

Se référant toujours au thème de ces 32e journées des JNQ, le ministre Abdoulaye Tall estime qu’en plus de mettre les mécanismes en place pour un service public de qualité, les agents publics doivent avant tout être motivés. « Pour promouvoir la qualité (…) c’est d’abord des reformes, mais c’est surtout la volonté des acteurs. On a beau adopté des textes, tant que les acteurs qui les appliquent sur le terrain ne l’appliquent pas comme il se doit, nous n’aurons pas une amélioration. Nous sommes tous des usagers de l’administration publique et lorsqu’on arrive dans une administration, ce qu’on veut, c’est la courtoisie à l’arrivée, qu’on sache qu’on est la bienvenue. Ensuite, c’est l’efficacité et l’efficience dans le traitement des dossiers. Et ça, il y a deux volets. Une sensibilisation pour encourager les acteurs et des systèmes de sanctions-récompenses. C’est vers cela que nous sommes orientés. Améliorer la qualité de l’administration publique pour pouvoir améliorer la performance des entités privées », a-t-il expliqué.

« Certes, les défis sont nombreux, mais les gains sont encore plus importants »

Coprésident de cette édition, le ministre en charge de la Fonction publique, Bassolma Bazié, tout en rappelant les efforts fournis par le gouvernement burkinabè au fil des années dans le but d’améliorer la qualité des services publics, a indiqué que « la qualité des prestations des services publics reste en deçà des attentes des usagers ». C’est la raison pour laquelle le ministre a promis de prendre en compte les résultats des échanges de ces 32e Journées Nationale de la Qualité. « Des discussions qui seront menées durant ces journées, mon département s’en appropriera pour être plus efficace sur le terrain », a déclaré Bassolma Bazié.

Au cours de ces 32e journées qui ont pour sponsor officiel la cimenterie CIMASSO, il est prévu la visite des stands, l’organisation de panels, l’organisation de la cérémonie de remise des trophées du Prix burkinabè de la qualité (PBQ) et plusieurs communications dans le but d’identifier et de vulgariser les meilleures pratiquent pouvant aider à optimiser la qualité des services publics.

Moctar Koné, président de l’ABMAQ a invité les entreprises à intégrer la qualité © Faso7

Prenant la parole, le président de l’ABMAQ, Moctar Koné, tout en saluant les parrains de la 32e édition des JNQ à savoir le Directeur général de la Société burkinabè des fibres textiles (SOFITEX) et la Directrice générale de la Caisse autonome de retraite des fonctionnaires (CARFO), a tenu à préciser la nécessité pour les entreprises de prendre en compte, le facteur qualité.

« Pour créer efficacement de la valeur et ce, même dans les situations de crise sanitaire comme nous l’avons connu, il est indispensable pour nos organisations d’intégrer la qualité au niveau de la culture, afin non seulement de tirer profit des outils à disposition, mais encore d’optimiser les processus des entreprises. Certes, les défis sont nombreux au regard de la conduite de changement à opérer, mais les gains sont encore plus importants », a-t-il déclaré.

Il faut noter que près de 300 personnes sont attendues à ces journées. En plus des acteurs locaux, des délégations venues de la sous-région vont prendre part à ces Journées Nationales de la Qualité 2022.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page