Demande de pardon de Blaise Compaoré : l’UAS pointe du doigt « l’impunité » prônée par le régime en place

L’Unité d’Action Syndicale (UAS) du Burkina Faso s’est prononcée sur la demande de pardon formulée par l’ancien Président du Faso, Blaise Compaoré. C’était au cours d’une conférence de presse, ce 27 juillet 2022 à Ouagadougou.

Concernant la lettre de demande de pardon de l’ex Chef d’Etat Blaise Compaoré, les responsables de l’Unité d’Action Syndicale (UAS) du Burkina Faso ont indiqué ne pas avoir de réponse officielle à donner.

Toutefois, ils ont dénoncé une volonté du régime en place de restaurer le régime de l’ex Président du Faso, Blaise Compaoré. « Je pense qu’aujourd’hui le problème du Burkina Faso, il faut que nous puissions l’analyser profondément et pas le réduire à une certaine réconciliation qui prend l’allure comme si c’était le fait qu’un individu ait été chassé par le peuple parce qu’il voulait duper ce peuple, que tout ce qui nous arrive aujourd’hui nous est arrivé », s’est exprimé Olivier Guy Ouédraogo, président du mois l’UAS.

Faisans référence à la journée du Pardon de mars 2001, Olivier Guy Ouédraogo a indiqué que Blaise Compaoré a eu l’occasion en ce moment, de demander pardon au peuple. « En mars 2001, nous avons assisté effectivement à une demande de pardon. Bon, c’est de quel pardon on parle encore ? L’UAS se prononcera là-dessus », a-t-il indiqué tout en mentionnant que la lecture de l’UAS sera basée sur le triptyque Vérité-Justice-Réconciliation.

En attendant, Olivier Guy Ouédraogo et ses camarades ont pointé du doigt l’impunité du régime au pouvoir en faisant venir Blaise Compaoré au Burkina Faso en dépit du fait que ce dernier soit sous le coup d’une condamnation judiciaire et d’un mandat d’arrêt international, sous le couvert du processus de réconciliation nationale.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page