Burkina Faso : Au moins 1 000 morts par an pour cause de noyade

La Fédération burkinabè de sauvetage (FBS) a organisé ce lundi 25 juillet 2022, une journée de sensibilisation sur les risques de noyade, aux abords du barrage de Tanghin. Cette activité qui est à sa 2e édition a pour objectif de sensibiliser les citoyens aux gestes de premier secours.

Au Burkina Faso, il y a au moins 1 000 morts par an pour cause de noyade. Mais ces décès passent inaperçus, selon Madi Compaoré, président de la Fédération burkinabè de sauvetage.

Ainsi, à l’occasion de la Journée mondiale de la prévention des noyades, la Fédération burkinabè de sauvetage (FBS) a organisé une séance de sensibilisation sur la noyade, aux abords du barrage de Tanghin de Ouagadougou.

Les membres de la Fédération burkinabè de sauvetage ont fait une photo de famille avec les autorités présentes à la séance de sensibilisation – © Faso7

Selon le ministre de la solidarité nationale et l’action humanitaire, Lazare Zoungrana, parrain de cette édition, les problèmes de noyade dans le pays interpellent la responsabilité du ministère face à ses noyades, cause de décès.

« Ce que je viens d’entendre, c’est que chaque jour, il y a au moins une noyade à quelque part au Burkina et cette jeune fédération a pu inscrire des instructeurs au niveau international comme étant des sauveteurs professionnels. Il y en a 49 au Burkina Faso », a-t-il affirmé.

Les membres de la Fédération en séance de nage dans le barrage de Thanghin – © Faso7

Selon Lazare Zoungrana, la fédération à deux volets dont le celui sportif, et le volet de premier secours. Ce deuxième volet est celui qui intéresse le ministère en charge de l’action humanitaire.

« Notre pays est souvent confronté à certaines situations avec les Personnes déplacées internes que nous connaissons. Souvent, il y a des inondations par-ci, par-là et s’il y a des gens formés pour sauver, cela répond à nos attentes. On ne sait jamais à quel moment on peut être face à une telle situation et si on n’a pas de professionnels, c’est effectivement difficile de sauver des vies », a lancé le ministre.

Le but de la journée, c’est de réduire les cas de décès par noyade, selon le président de la Fédération burkinabè de sauvetage, Madi Compaoré. « Nous invitons la population à rester très vigilante, de protéger les enfants pendant la saison pluvieuse, d’éviter les accès aux eaux », a-t-il déclaré.

Une séance de sensibilisation sur les gestes de premier secours – © Faso7

En rappel, la Fédération burkinabè de sauvetage est affiliée à la Fédération internationale de sauvetage. Il a deux entités dont le volet sportif et le volet humanitaire. Entre conseils et séances de sauvetage, les membres ont aussi prodigué des conseils liés aux gestes de premier secours à appliquer sur les victimes de noyade.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page