Albert Ouédraogo : « Aucun sacrifice n’est de trop pour sauver notre vivre ensemble »

Un panel sur la promotion de la solidarité a eu lieu ce vendredi 22 juillet 2022 à Ouagadougou sous le thème, « La solidarité nationale, facteur de paix et de cohésion sociale : quelles perceptions, prescriptions et recommandations pour la promotion de la solidarité au Burkina Faso ».

Organisé par le ministère en charge de la promotion de la solidarité nationale, ce rendez-vous a connu la présence de représentants du monde religieux, coutumier, politique, diplomatique et de la société civile au Burkina Faso.

Le ministre en charge de la solidarité nationale, Lazare Zoungrana, a fait comprendre qu’il s’agit, à travers ce panel, de disséquer le mot solidarité et repérer les principes actifs de la promotion de la solidarité au Burkina Faso. « Il s’agit de voir par le contexte actuel, quel est le principe actif que chaque Burkinabè doit pouvoir tenir pour en faire un réflexe de comportement », a-t-il fait comprendre.

Chaque citoyen doit apporter sa modeste contribution

La cérémonie d’ouverture de ce panel a été présidée par Albert Ouédraogo, le Premier ministre. Dans son discours, celui-ci a rappelé que 38% de la population, soit 7,3 millions de personnes, vivent en dessous du seuil de pauvreté, selon les résultats de l’enquête multisectorielle de 2018. Il a également fait cas des plus de deux millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays à cause de l’insécurité.

« La situation actuelle que vit notre pays commande, à juste titre, l’impérieuse nécessité de promouvoir davantage cette vertu que constitue la solidarité », en a-t-il conclu.

De ce qui précède, Albert Ouédraogo a paraphrasé la Charte nationale de la solidarité en faisant le rappel que nul n’est assez démuni pour ne pas être solidaire et nul n’est assez nanti pour se passer de la solidarité d’autrui.

Partant, il a déclaré qu’à l’image du colibri qui apporte sa part d’eau pour éteindre un incendie, chaque citoyen doit apporter sa modeste contribution, aussi petite soit-elle, à la pratique de la solidarité. « Aucun sacrifice n’est de trop pour sauver notre vivre ensemble, notre cohésion sociale, face à l’effritement de la société avec pour corolaire l’émergence de l’individualisme au détriment du collectif », a laissé entendre le Premier ministre.

Ce panel marque le début d’une campagne de la promotion de la solidarité au Burkina Faso, selon les annonces du ministre Lazare Zoungrana.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page