Violations des droits humains à l’ère du numérique : La CIL sensibilise les étudiants de l’Université Thomas Sankara

Les étudiants de l’Université Thomas Sankara ont bénéficié d’une séance de sensibilisation sur l’utilité de la protection des données à caractère personnel à l’ère du numérique, ce vendredi 15 juillet 2022 à Ouagadougou. Cette sensibilisation s’est effectuée dans le cadre d’un séminaire tenu par la Commission de l’Informatique et des Libertés (CIL) autour du thème, « Enjeux de la protection des données à caractère personnel à l’ère du numérique ».

L’avènement du numérique offre des avantages aux populations. Cependant, le numérique est également un monde virtuel qui, au-delà des opportunités, expose les utilisateurs à des risques sur les réseaux sociaux. Selon Bienvenue Ambroise Bakyono, Vice-président de la CIL, les plaintes enregistrées par sa structure du fait des réseaux sociaux se chiffrent à « des centaines ».

C’est pourquoi la Commission de l’Informatique et des Libertés (CIL) a pris l’initiative d’échanger avec les étudiants de l’Université Thomas Sankara sur les dangers que présente l’internet. À l’entendre, la question des violations des droits des citoyens se pose dans le monde virtuel que sont les réseaux sociaux.

« Avec l’usage des réseaux sociaux notamment Facebook, il y a de plus en plus des violations de vos droits. On ne peut pas utiliser votre photo sans votre autorisation. On ne peut pas divulguer votre numéro de téléphone sans votre autorisation. On ne peut pas publier votre pièce nationale d’identité (CNIB, ndlr) sans votre autorisation », a-t-il soutenu.

Les étudiants ont été attentifs lors de la séance de sensibilisation – © Faso7

Bienvenue Ambroise Bakyono a fait savoir que la publication des bulletins des élèves sur les réseaux sociaux est une violation du droit des élèves.

« Aujourd’hui, même quand il y a les examens, on publie les bulletins de note des enfants avec leurs dates de naissance, leurs noms entiers. Tout ça, ce sont des violations de données à caractère personnel. Ce sont des données personnelles, ça peut être même utilisé plus tard contre eux ou bien être détourné parce que ce sont vos notes. C’est quelque chose qui est personnel, ça rentre dans votre dossier. Ce sont des choses qui vous poursuivent toute votre vie », a expliqué le Vice-président de la CIL.

À l’en croire, pour les publier, il faut prendre le soin de masquer les noms ou de masquer certains éléments pour que la personne ne soit pas identifiée. Pour Ludovic Innocent Bouda, Directeur de la Formation professionnelle et continue à l’Université Thomas Sankara, l’utilisation de l’outil informatique est au cœur des activités du monde universitaire. C’est pourquoi, selon lui, les étudiants doivent savoir les risques qu’ils courent en utilisant le numérique.

« Les étudiants utilisent l’outil informatique même pour prendre des cours, pour prendre des photos, aller dans les réseaux sociaux, même pour la recherche documentaire. Il est très utile que les étudiants sachent ce à quoi ils engagent en utilisant ces outils-là », a-t-il indiqué.

Selon lui, cette sensibilisation sera renouvelée afin de pouvoir toucher tous les étudiants de leur université.

Elisé S. SOME (Stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page