Abdoul Hamid Yaméogo : « Notre cohésion, la paix et le vivre ensemble ne sont pas négociables »

Ce 19 juin 2022 à Ouagadougou, la Coordination Régionale du Centre du Cercle d’études, de recherches et de formation islamique (CERFI) a initié une conférence publique sous le thème : « La contribution des musulmans à l’édification d’un Burkina Faso tolérant, solidaire et prospère ».

Les dirigeants du Cercle d’études, de recherches et de formation islamique (CERFI) ont entrepris d’initier des conférences dans les chefs-lieux de régions sous le thème, « La contribution des musulmans à l’édification d’un Burkina Faso tolérant, solidaire et prospère » pendant le mois de juin 2022. C’est dans ce cadre qu’à travers leur coordination régionale de la région du Centre, ils ont respecté le rendez-vous de Ouagadougou, ce 19 juin 2022.

C’est l’imam Tiego Tiemtoré qui a donné la conférence à Ouagadougou. Dans son introduction, il a indiqué qu’il va se prononcer sur trois éléments à savoir le titre de musulman, les clés du vivre-ensemble et les défis du vivre-ensemble.

Selon Abdoul Hamid Yaméogo, le président du CERFI, ces rencontres sont organisées afin de porter le message de paix, de cohésion, de fraternité et de solidarité, à un moment où les Burkinabè sont habités par le désespoir et diverses tentations malveillantes. « Depuis plusieurs années, aujourd’hui plus qu’hier, notre pays, notre cher Burkina Faso est au carrefour de plusieurs crises multiformes, qui mettent à mal certains de ses fondements, remettent en cause des acquis et des fondations séculaires et effritent dangereusement le  vivre-ensemble et la cohésion entre ses fils et ses filles », s’est-il exprimé.

« Notre cohésion, la paix et le vivre ensemble entre toutes les composantes de notre pays ne sont pas négociables » (Abdoul Hamid Yaméogo) ©Faso7

Cette situation résulte de plusieurs facteurs qui sont nés entre autres de la mauvaise gouvernance politique, économique et sociale d’une part ; et d’autre part de la perte de certaines valeurs auprès des Burkinabè, d’après Abdoul Hamid Yaméogo. De ce qui précède, il a indiqué que l’objectif de ces conférences est d’engager les musulmans, individuellement et collectivement, à la réflexion sur le thème et de leur rappeler les responsabilités qui leur incombent en tant que musulmans dans la société.

« S’il est nécessaire de continuer à faire le diagnostic de la situation qui prévaut dans notre pays et qui est aggravée par la crise sécuritaire et humanitaire aigue et l’inflation inédite et galopante, il est urgent que chaque acteur fasse son autocritique et joue sa partition afin que le pays retrouve son lustre d’antan et que nous préservions ce qui peut encore l’être. Notre cohésion, la paix et le vivre-ensemble entre toutes les composantes de notre pays ne sont pas négociables », a-t-il laissé entendre.

Rendez-vous à Koudougou le week-end prochain

Côté programme, le président du CERFI a indiqué que chaque week-end, les conférences se tiennent dans les chefs-lieux de région. « La semaine passée, on a eu des conférences à Manga. Aujourd’hui, on est a Ouagadougou, à Bobo-Dioulasso, à Ziniaré. Le week-end prochain, on aura une conférence à Koudougou », a-t-il donné à savoir.

À l’instar de l’imam Tiego Tiemtoré à Ouagadougou, d’autres imams ont été mis à contribution pour partager leurs immenses savoirs, leurs expériences du sujet et leur sagesse, d’après Abdoul Hamid Yaméogo.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page