Burkina Faso: Le SYNTSHA dénonce la « gestion opaque et catastrophique » des agents dans les zones en proie au terrorisme

Au cours d’une conférence de presse animée ce jeudi 7 juin 2022, le Syndicat des Travailleurs de la Santé Humaine et Animale (SYNTSHA) a appelé le gouvernement à résoudre les préoccupations des agents de santé dans les zones sécuritaires. Le secrétaire général de la SYNTSHA Bernard Sanon a par ailleurs dénoncé « une gestion opaque et catastrophique » des agents de santé dans les zones en proie au terrorisme.

Selon le Secrétaire Général du SYNTSHA, Bernard Sanon, les agents de santé dans les zones en proie au terrorisme sont non seulement victimes de l’hydre terroriste mais aussi doivent faire face à « une gestion opaque et catastrophique » du gouvernement. Pour lui, la gestion des agents de santé au niveau local et au niveau national n’est guère reluisante.

« La direction des ressources humaines du ministère en charge de la Santé a organisé une suspension de salaire puis le positionnement de trop-perçu sur le salaire de certains travailleurs en service actuellement dans le SOUM dont le seul tort a été de fuir les attaques terroristes à un moment donné pour sauver leur vie » déclare-t-il.

Aussi, Bernard Sanon déplore en ce qui concerne la gestion des agents. « Une situation de deux poids, deux mesures dans la même fonction publique », selon lui. A l’écouter, le ministère en charge de la Santé ne facilite pas les dossiers d’affectations de ses agents au niveau national.

Si des mesures ne sont pas prises,…

Selon ses explications, le ministère en charge de la Santé a demandé aux agents ayant fui les attaques de se rendre à Djibo, une ville sous blocus terroristes depuis des mois pour déposer leurs demandes d’affection. Une situation qui est à déplorer selon Bernard Sanon.

Pour le secrétaire général du SYNTSHA, il serait de bon ton que le gouvernement en l’occurrence le ministère en charge de la Santé et celui de la fonction publique prennent en compte la situation sécuritaire dans la gestion des agents de santé.

« Tout Burkinabè où qu’il soit à droit à des soins de qualité, mais il importe que le gouvernement assure une gestion adéquate des agents de santé dans les zones à fort défi sécuritaire et veille à ce que l’offre des soins ne se fasse pas au péril de la vie des soignants », a déclaré Bernard Sanon.

La levée de la suspension des salaires exigée

Face à la situation que vivent les agents de santé en général et les agents dans les zones sous le joug des terroristes, le SYNTSHA interpelle le ministère en charge de la Santé et le ministère de la fonction publique à un examen des préoccupations urgentes et sur la nécessité de prendre des mesures diligentes pour un fonctionnement optimum des formations sanitaires et vétérinaires.

Le SYNTSHA demande à ce que la suspension des salaires en cours et le positionnement de trop-perçu sur le salaire de certains travailleurs soient levés.  Si des mesures ne sont pas prises pour résoudre les préoccupations, le SYNTSHA mènera des actions conformément au droit pour avoir gain de cause, selon son secrétaire général.

Ismaël Saydou GANAME (stagiaire)
Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page