Burkina Faso : 431 761 candidats à la recherche du CEP, premier diplôme scolaire

Les examens du Certificat d’Etudes Primaire (CEP) ont été lancés ce mardi 7 juin 2022 par le ministre de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales (MENAPLN), Lionel Bilgo, à Kombissiri, dans la région du Centre-Sud. Pour cette année scolaire, ce sont 431 761 candidats qui se sont inscrits pour l’obtention de ce diplôme.

C’est dans le Centre de Kombissiri B du Jury 1 que le ministre Lionel Bilgo a lancé le top départ des examens du Certificat d’Etudes Primaire(CEP). Selon lui, le CEP est un examen qui connaît une présence féminine beaucoup plus élevée car, des 431 761 inscrits, les filles représentent 55,04%.

« Ce sont des examens qui marquent l’entrée pour l’enfant dans le second cycle et c’est le premier examen du primaire. On comprend donc le stress des parents et des enfants », a-t-il affirmé, en manifestant sa satisfaction sur l’’ensemble de l’organisation des examens.

« Par l’organisation de ces examens, une forme de résistance que nous manifestons » (Lionel Bilgo, ministre en charge de l’éducation nationale) © Faso7

Lionel Bilgo a indiqué que le challenge le « plus important » pour son ministère, c’est l’organisation du baccalauréat.

« C’est vrai que ça ne se passe pas dans des conditions sécuritaires normales que nous espérons(…). Il n’y a jamais eu un examen où on a eu l’ensemble des élèves qui aient pu composer. Parfois, il y a les aléas de la vie qui font que justement certains élèves n’arrivent pas à composer. Il y a des cas de force majeure qui peuvent arriver. Nous avons une pensée pour l’ensemble des élèves qui auraient dû être là ce matin, ailleurs, pour composer mais qui n’ont pas pu pour cause de maladie ou autre raison », a déploré le premier responsable du département de l’éducation.

La région du Centre-Sud a enregistré pour cette année, 23 013 candidats soit 05,33% des effectifs du pays. En ce qui concerne le centre Kombissiri B du jury, 1, 217 élèves se sont inscrits pour ces examens. Il s’agit de 135 filles et 82 garçons.

Selon Fulbert Bama, président du Centre Kombissiri B, son centre a trois options. Il s’agit de l’option CEP, CEP+ Enseignement Général (EG) et l’option EG seule. « La plus grosse option, c’est CEP+EG. Ils sont soumis à un examen qui est le CEP et un concours EG. Mais il se trouve qu’il y a des enfants dont le concours est conditionnée par l’âge (…) ».

A propos du sujet de rédaction, le président du Centre Kombissiri B est optimiste. « Le sujet est abordable. Ce sont des types de sujets dont ils sont habitués, à raconter un événement, un match de football, un baptême. Ici, c’est une journée de salubrité », a-t-il .expliqué.

Fulbert Bama, président du centre Kombissiri B a laissé entendre que le premier sujet de l’examen, notamment la rédaction est abordable © Faso7

Les élèves de leur côté, sont confiants et espèrent réussir à cet examen. « Je me suis très bien préparé. Je vais continuer mes études après le CEP(…). Je veux être militaire dans le futur pour aider mon pays à combattre contre le terrorisme », s’est exprimé Abdoul Madjid Camara, candidat à l’examen du CEP.

Abdjoul Madjid Camara est confiant de sa réussite à l’examen du CEP © Faso7

Pour cette journée, les candidats composeront la dictée, ensuite l’étude de texte, et le sujet d’histoire-géographie dans l’après-midi.

Vidéo – « Je suis prêt. Je n’ai pas peur. Je vais affronter le CEP et je vais réussir » (Pierre-Clovis Tapsoba, 10 ans, candidat au CEP)

Alice Suglimani THIOMBIANO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page