Hadj 2022 : « L’Etat a contribué à hauteur de 800 millions FCFA » (Issaka Sourwema)

Face à la presse ce 06 juin 2022 à Ouagadougou, le ministre des affaires religieuses et coutumières, Issaka Sourwema, a procédé au lancement officiel du Hadj 2022, a seulement trois semaines du début du pèlerinage à la Mecque.

Après deux ans de suspension en raison de la crise sanitaire mondiale liée au Coronavirus avec toutes ses conséquences et implications, les pèlerins du monde entier en particulier ceux du Burkina Faso sont invités à prendre part à l’édition 2022 du Hadj.

Au Burkina Faso, l’annonce tardive de la réouverture du Hadj impacte le calendrier habituel, induisant une nécessité de concertation avec les principaux acteurs impliqués dans le processus pour l’organisation optimale de cette présente édition, a souligné le ministre en charge des affaires religieuses, Issaka Sourwema.

Après de nombreuses concertations entre l’Etat burkinabè et l’Arabie Saoudite, le coût du Hadj 2022 a été fixé à un montant de 3.047.000 francs CFA, incluant la prestation saoudienne, celle des agences de voyage et le prix du billet d’avion, a fait savoir le ministre.

 « Pour l’accomplissement de ce 5e pilier de l’islam, pour cette année, l’Etat a contribué à hauteur de 800 millions de francs CFA pour soutenir la Fédération des associations islamiques du Burkina dans l’organisation du HADJ 2022 », a affirmé Issaka Sourwema.

Les candidats de 2020 et 2021 sont prioritaires

L’accompagnement de l’Etat est évalué à 217.000 FCFA par pèlerin, à en croire le secrétaire permanant du Hadj, Mamadou Sawadogo. Il a par ailleurs évoqué les raisons de la hausse du coût du Hadj.

« Cette hausse est due à la hausse de la TVA qui est passée de 5 à 15%, les retombées de la guerre d’Ukraine, l’institution d’une assurance de 109,25 riyals soit 19 665 FCFA, l’institution du paiement des visas Hadj à hauteur de 300 riyals soit 54 000 FCFA, l’augmentation des prestations des services de base au niveau de l’Arabie Saoudite », a expliqué Mamadou Sawadogo.

Présent à cette rencontre, le représentant des agences de voyage intervenant dans l’organisation du Hadj, Issa Dianda, a fait savoir que les candidats inscrits aux deux éditions manquées du hadj seront prioritaires pour cette édition de 2022.

« Ce n’est pas sûr que les inscrits de 2020, 2021 et de 2022 pourront prendre part à ce pèlerinage. Car sur le plan mondial, le nombre des pèlerins a constamment diminué de 2 millions à 1 million », a précisé Issa Dianda.

Pour sa part, le président du comité d’organisation, El Hadj Boubacar Koanda, dit être confiant quant à la réussite du Hadj 2022. A l’en croire, tout est prêt au niveau de l’Arabie Saoudite pour accueillir les pèlerins même si jusqu’à présent aucune des agences n’a encore pu commencer l’établissement des visas jusqu’à ce jour, du fait de la numérisation du paiement des frais à l’Arabie Saoudite, qui doit se faire sur une plateforme.

En rappel, les départs des pèlerins burkinabè pour le Hadj 2022 auront lieu du 21 au 29 juin 2022. Les retours se feront du 19 au 28 juillet 2022, avec Ethiopian Airlines.

Estelle Guira (Stagiaire)

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page