La Banque mondiale annonce la reprise de ses engagements avec le Burkina Faso

A la suite du coup d’Etat de janvier 2022, la Banque mondiale avait suspendu ses engagements avec le Burkina Faso. Ce vendredi 27 mai 2022, l’institution de Bretton Woods s’est ravisée à la suite d’échanges entre le Premier ministre Albert Ouédraogo et le vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale, Ousmane Diagana.

Au cours de la visioconférence avec le Premier ministre burkinabè, Albert Ouédraogo, le vice-président pour l’Afrique de l’Ouest et Centrale, Ousmane Diagana, a annoncé la reprise des engagements de la Banque mondiale avec le Burkina Faso.

Par ailleurs, Ousmane Diagana a informé les autorités burkinabè du démarrage de quatre (04) nouvelles opérations. Il a ainsi souhaité la redéfinition rapide de la nouvelle feuille de route de la coopération et une accélération de la mise en œuvre des différents projets, selon un communiqué de la Primature du Burkina Faso.

Le Premier ministre Albert Ouédraogo, pour sa part, tout en rappelant l’agenda et les priorités de la transition, a réaffirmé les ambitions de son Gouvernement en matière de refondation de l’Etat et de l’amélioration de la qualité de la gouvernance, lit-on dans le communiqué.

Au Burkina Faso, la Banque mondiale finance des projets dans les secteurs clés du développement tels que l’éducation, le développement rural, la santé, les transports et l’agriculture.

Au 16 mars 2022, l’Association internationale de développement (IDA), le Groupe de la Banque mondiale qui aide « les pays les plus pauvres de la planète », finançait une trentaine de programmes au Burkina Faso, dont 20 projets nationaux et dix projets régionaux pour un engagement total de 3,18 milliards de dollars, en plus de 11 fonds fiduciaires d’un montant de 103,79 millions de dollars.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page