Ouagadougou : Des disciples du gain facile se font plumer par de faux fabricants de faux billets

La Police nationale a mis fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats. Les 05 présumés malfrats qui composent ce groupe ont un âge compris entre 25 et 50 ans. Ils s’adonnaient aux activités de contrefaçon de billets de banque, de faux monnayage et de l’escroquerie.

Ces présumés malfrats le faisaient avec  des rames de papier coupées en billets de banque, de la peinture et à l’aide d’un appareil appelé machine de flashage pour mener leurs activités.

« On vous fait croire qu’ils ont une machine qui produit de l’argent et effectivement on fait la démonstration. Ils ont pris le soin d’introduire de vrais billets de banque. On manipule la machine, les vrais billets sortent et on te dit d’aller dépenser cette somme. Effectivement, vous arrivez à dépenser sans être inquiété, à faire même un dépôt dans une institution financière. Il y a donc une confiance qui s’installe », a expliqué le commissaire de police Youssouf Dianda, CPA /Boulmigou.

C’est en revenant pour faire la « commande » que la victime va se faire arnaquer. Et le système est bien huilé. Une première méthode consiste à faire au « pigeon » que la machine a quelques soucis de pièce.

« Ils manipulent la machine de flashage de telle sorte que les billets vont sortir mais pas des billets de premier choix. Il va alors dire aux clients que cela est dû à un manque de gaz ou d’encre pour la machine. Il va réclamer alors  de l’argent à sa victime pour acheter le gaz et les cartouches d’encre qui coûtent extrêmement cher pour mieux parfaire le flashage des billets. Une fois la somme d’argent encaissée, il va couper tout contact avec (la victime) », détaille le commissaire Dianda.

Le gain facile qui conduit à se faire plumer 

La seconde méthode, elle,  « consiste à coller les billets de banque côte à côte et les classer dans les cantines. Ils procèdent aussi à une démonstration. Il prend des billets authentiques qu’ils collent en surface et au milieu il insère de faux billets. Devant le client, il utilise de l’eau pour décoller les billets authentiques alors il lui dit qu’il faut chercher un produit pour décoller le reste des billets », a indiqué le policier.

Plusieurs jeunes gens et  des commerçants se sont faits arnaquer en voulant voir leurs affaires prospérer en passant par cette courte mais trompeuse courte échelle. Ce système est bien maitrisé de ces malfaiteurs

Plusieurs centaines de faux billets ont été fabriqués par ce réseau et injectés sur le marché. Pour les responsables de l’enquête, les réseaux sociaux et l’esprit du gain facile favorisent le mode opératoire de ces présumés délinquants.

Le groupe a été arrêté par la Brigade de recherche du commissariat de police de l’arrondissement de  Boulmiougou alors qu’ils étaient en pleine fabrication de faux billets, d’une valeur estimée à 400  millions de F CFA et destinés à un client de nationalité étrangère.

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page