Election d’un nouveau président de la Fédération Ivoirienne de Football : tout le pays retient son souffle

Ce samedi 23 Avril 2022 tout se saura à propos du nouveau président de la Fédération Ivoirienne de Football du côté de Yamoussoukro(Centre), la capitale politique de la Côte d’Ivoire et village natal du père de la Nation ivoirienne. Entre Idriss Diallo, Sory Diabaté et Didier Drogba, le choix des 81 présidents de clubs de Football qui constituent le corps électoral, situera les nombreux ivoiriens et observateurs à l’international de cette élection particulièrement pétillante.

Les empoignades sur les plateaux de télévision et les réseaux sociaux entre d’une part les partisans de Didier Drogba, (anonymes, footballeurs, journalistes et personnalités publiques) et d’autre part les militants des candidats Sory Diabaté et Idriss Diallo ont atteint un pic inégalé à l’approche de l’important rendez-vous de Yamoussoukro ce samedi 23 avril, jour de l’élection du successeur de Sidy Diallo, ancien président de la Fédération Ivoirienne de Football décédé du Covid-19 au cours du mois de novembre de l’année 2020.

Tout commence avec la supposée ingérence de la FIFA qui ramène de huit (8) à quatre (4) le nombre de parrainages exigé aux candidats à la présidence de la Fédération Ivoirienne de Football  (FIF). Cette action est considérée comme un coup de pouce donné à Didier Drogba qui peinera à récolter les parrainages requis. Ses détracteurs rentrent en branle et soupçonne le patron du football mondial, Gianni Infantino, de conspirer afin d’« imposer » un ami, un certain Didier Drogba à la tête de FIF. Ce dernier qui est largement, et d’ailleurs très largement soutenu par l’Ivoirien ordinaire est remis dans la course et voix sa candidature finalement validée.

Sur la toile c’est la fête : « comment peut-t-on laisser Jésus au salon et aller chercher la Bible dans la chambre ? Nous c’est Daïzoko (Didier Drogba) qu’on connaît un point un trait », tranchait un internaute vouant quasiment un culte à l’ex-attaquant de Chelsea. A un autre Drogbafile de dire « ils sont jaloux de la réussite de Didier », faisant allusion aux footballeurs qui délestés l’ex-footballeur de leur soutien ; avant de poursuivre : « Le Président Alassane Ouattara s’est rendu en Angleterre et la Reine Elisabeth ne le connaissait pas. Il était obligé de dire qu’il venait du pays de Didier Drogba. Drogba ce n’est pas ami de quelqu’un. C’est un autre level (niveau en Anglais). »

En effet, une bonne frange des ex-coéquipiers de Didier Drogba, en l’occurrence Kalou Bonaventure, Hamed Ouattara et Maestro ont ouvertement désavoué l’ancien capitaine des Eléphants de Côte d’Ivoire en l’accusant ne les avoir pas associé à son projet. « Les lièvres que je suis sont ceux que je connais », fait savoir Kalou Bonaventure connu pour être quelqu’un qui assume ses positions.

Si le vote se tenant sur les réseaux sociaux, Didier Drogba en serait le vainqueur d’office. Mais le choix revient aux 81 présidents de clubs.

Tout au long de sa campagne, Didier Drogba a valorisé son programme dit renaissance, un projet qui selon lui devrait faire renaître le football ivoirien de ses cendres. Il a insisté que l’on recendre le débat qui tourne autour de sa prétendue avarisme au bout des lèvres de ses détracteurs. « Pour vous être gentil c’est partager l’argent dans les rues ? (…) Parfois, je m’assois, cela me fait sourire. C’est mieux qu’on s’appesantisse sur mon programme Renaissance du Football Ivoirien. »

Une fois élu, il s’agira pour lui de donner davantage de moyens aux clubs afin de booster leur autonomie, payer décemment les footballeurs, entraineurs et médecins des ligues ivoiriennes et véritablement professionnalisé le football ivoirien sur la base de ses expériences en Angleterre, en Turquie et au Canada notamment.

Juan Carlos Gauze à Abidjan (Côte d’Ivoire) pour Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page